Des ressorts poétiques de La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire

Résumé  Il s’agit d’une lecture poétique de La Tragédie  du roi Christophe,  à la manière de Denis LABOURET et André MEUNIER  dans leur ouvrage intitulé Les Méthodes du français au lycée 2nde-1re (1995), qui préconise qu’une telle analyse se fonde sur deux piliers majeurs : «  l’harmonie visuelle et l’harmonie sonore ». Appréhendée sous ce prisme, l’œuvre apparaît […] Lire plus »

Le miracle ne vient pas

Le miracle ne vient pas. D’ailleurs, nous ne l’attendons pas, pas vraiment. Nous n’attendons rien précisément. Et même si nous en avons l’air, à vrai dire, nous n’attendons pas. Nous sommes devant notre maison. Entre le dehors et notre maison. Et nous regardons. Rien de précis. Nous regardons et nous pesons le temps. Nous pesons […] Lire plus »

Histoire, mythe et le paradigme identitaire dans la poésie wallisienne et futunienne

Je me propose dans cette analyse de retracer dans la poésie contemporaine de Wallis-et-Futuna divers éléments de l’héritage et de la culture, la fêlure historique et les déchirures civilisationnelles dans la reconstitution et reformulation de la conscience collective. Les textes de Vaimu’a Muliava et de Virginie Hoifua-Te-Matagi Tafilagi constituent le corpus de l’étude des dynamiques […] Lire plus »

Diligence

diligence ébouriffé de t’entendre atténuée quelquefois mourante et désorganisée hostile malgré une connivence fréquente à mon habitation tenue dans un profond silence certitude clairvoyante hébétude le seul moyen de te marquer est de te lier à un confort ou de te prendre comme méthode d’étude de marché dans ma chambre heureuse d’avoir deux fenêtres un […] Lire plus »

Lectures identitaires et étude philosophique de la poésie seychelloise contemporaine

L’aire littéraire indianocéanienne peut être caractérisée par des transgressions et hybridations qui sont producteurs de sens et d’interprétations multiples. Les paradigmes dominants de la littérature seychelloise contemporaine (identité(s), langue(s), île(s)) fonctionnent à la fois comme noyaux productifs thématiques déterminants et comme univers d’ouverture, d’échanges et d’interinfluences. Je propose de démontrer dans l’article que le recours […] Lire plus »

Billet d’Avignon 2014-2. « Hypérion » ou l’antithéâtre

Pour les jeunes générations, Hypérion est une saga futuriste de Dan Simmons. Dans la mythologie grecque, c’est l’un des titans, assimilé au soleil. Mais c’est du roman épistolaire de Friedrich Hölderlin (Hypérion ou l’Ermite en Grèce) qu’est partie Marie-José Malis, nouvellement promue à la tête du Théâtre de la commune, à Aubervilliers, pour créer le […] Lire plus »

Pierre Guyotat, Joyeux animaux de la misère : interview avec Jaques Henric

« Une mégalopole intercontinentale et multiclimatique constituée de sept mégapoles dont l’une au moins est en guerre. Vaisseaux spatiaux, drones, occupent l’espace céleste. En bas, animaux, monstres, fous de “dieu”. Haute technologie et archaïsmes, dévotions diverses… » Telles sont les premières lignes de la quatrième de couverture présentant le nouveau livre de Pierre Guyotat. Un […] Lire plus »

Les bébés caramel

Les bébés caramel ont des yeux bruns qui brillent Des yeux qui aiment Des yeux qui rient Et vous suivent longtemps, que vous n’oubliez pas. Les bébés caramel sont  enfants de l’amour - Pas honte d’autrefois, la douleur, l’esclavage - Les bébés caramel sont enfants de l’espoir. Et leur peau est douceur, Et leurs mains […] Lire plus »

Joyce Mansour : cruelle et crue

Mondesfrancophones est aussi un réseau d’amitié. C’est ainsi René Hénane, déchiffreur de Césaire, infatigable détective capable d’éclaircir les rébus les plus mystérieux du poète martiniquais, qui a attiré notre attention sur Joyce Mansour. Celle-ci n’est probablement pour beaucoup de lecteurs, comme elle l’était pour nous jusqu’ici, qu’un nom auquel on serait bien incapable d’associer une […] Lire plus »

Trois poèmes

Cette abondante sagesse se fait par la main J’entendrais ton souffle quand reposant sur mon lit Les fleurs rouges et blanches sur les aiguilles de pin J’aime ton visage mais ne comprends rien à ce que tu dis Ces inutiles sagesses se défont sous vos yeux Nous avons beau rouler la nuit entre les déserts […] Lire plus »