Editeur: Jean-Marie Gleize

Jean-Marie Gleize est professeur de littérature moderne et contemporaine et directeur du Centre d'études poétiques de l'École normale supérieure Lettres et Sciences humaines (Lyon). Il est auteur de plus de vingt ouvrages de poésie et de critique.
« Poèmes d’amour et de mort à déchirer avant la guerre… » Création et complexité du champ poétique dans Fertilité de l’abîme de Denis Emorine

À la source de la poésie de Denis Emorine, on trouve toujours l’hétérogénéité irréductible et l’altérité qui ne peuvent et ne doivent pas être maîtrisées : il suffit de s’y plonger, de s’y remettre entièrement pour pouvoir comprendre la légitimité, la justesse et l’originalité de cette voix, pour se laisser entraîner car la lecture de […] Lire plus »

« Elle(s) » de Kouam Tawa

Kouam Tawa est camerounais. Il est surtout un littérateur multiforme, à la fois poète, auteur de romans pour la jeunesse et dramaturge. Sa pièce Nuit de veille, en forme d’oratorio, a été mise en lecture lors des dernières Francophonies en Limousin[i]. Elle(s) s’en rapproche à ceci près que ce texte fait entendre des voix exclusivement […] Lire plus »

La psychologie des profondeurs et la cartographie de la mort dans «La mort en berne» de Denis Emorine

La mort en berne[1] est le premier roman du poète, essayiste, nouvelliste et dramaturge français, Denis Emorine. L’auteur puise dans sa propre expérience, sa propre existence, dans son identité et subjectivité pour nous offrir ce roman d’inspiration autobiographique qui raconte les voyages et les quêtes internes de l’écrivain Dominique Valarcher, bibliothécaire d’une grande université française, […] Lire plus »

Mallarmé, l’anglais à la lettre

Abstract Mallarmé: the Letter of English With “Les Dieux antiques” and “Les Mots anglais”, Mallarmé opposes decaying myth to linguistic vitality, a vitality one of whose sources is in the rejuvenating hymen of Latin and Germanic languages represented by the advent of English from French and Germanic dialects. The letter “s” silenced in Old French and revitalised […] Lire plus »

Les ailes frôlées

À Heberto Helder                                                                                                                                                 Les ailes frôlées, tout comme la puanteur des charognes, ne sont jamais bien loin d’une beauté immobile… Dans sa brume, la poète se dessine une barbe, des sourcils épais couleur d’œil noir. On devine une bouche, des dents croqueuses de phrases chargées d’haleines. Sa chemise flotte, blanche, sur l’eau bleue des marais. […] Lire plus »

Césaire par Maximin

« Je soutiens que la poésie est vérité, qu’elle est la vérité de tout, la vérité fondamentale, la vérité des profondeurs, la vérité de l’être. » (A. Césaire, Hommage à Léon Gontran Damas, 1978) Parmi la moisson d’ouvrages publiés en 2013 à l’occasion du centenaire de la naissance de Césaire, il serait dommage que l’hommage fervent de […] Lire plus »

Prémices poétiques de Gaël Octavia

La femme que je connais Mais ne reconnais pas Possède le nez d’une autre qui naîtra dans mille ans   De la jeune auteure de théâtre confirmée avec plusieurs pièces primées et déjà passées par le plateau, de la vidéaste au regard percutant et original, de la peintre de femmes aux formes pleines et dérangeantes, […] Lire plus »

Berkeley (40 ans après)

Réminiscence   Passe sur Telegraph un clochard divaguant un serpent s’enroule sur les bras d’une fille « The Experience » quartier général des Français ils y refont le monde en buvant du café Ce monsieur lunetté un béret sur le chef c’est Bertrand Tavernier qui vient montrer ses films Mon ami Malcom enseigne le cinéma et je […] Lire plus »

Poésie ­– La Martinique d’Olivier Larizza

Octaves de jazz nous sommes aussi des phares allumés dans la nuit Olivier Larizza, professeur de langue et littérature anglaises, a enseigné pendant une dizaine d’années à l’Université des Antilles et de la Guyane en Martinique. Auteur de romans et de nouvelles autant que d’essais savants, comment serait-il resté insensible à l’atmosphère de notre petite […] Lire plus »

Pour Derek Walcott : NULLE MORT NE PEUT

NULLE MORT NE PEUT Pour Derek Walcott Il y a tant de chênes à Atlanta qui gémissent encore Des champs qui pleurent Qui chantent aussi  Et qui impriment aux capsules du coton des torsions incroyables !   C’est ce mélange C’est cette torsion Ce plus insoutenable qui habille l’envol des belles et seules images !   Que la […] Lire plus »