Auteur: Michel Benezy

Michel Bénézy, né à Neuilly sur Seine en 1944, HEC, séjourna à New York et Abidjan avant de se fixer à Paris où, pendant de nombreuses années, entre rugby et littérature, il imagina des campagnes de publicité. À son actif, plusieurs recueils de nouvelles ("Sur le quai, petites nouvelles du large" aux éditions Moires) et trois romans inédits réservés à ses amis. "C’est la vie, Arch, peut-être rien que ça" est son dernier opus.

Les femmes ont de l’allure

Michel Bénézy, Les femmes ont de l’allure (textes et dessins). Maquette : Annie Bouvier. Editions Williwaw, 2007.

Extraits :

Black Camelia

Elle attaqua juste derrière le solo de trompette, enchaînant sur l’accord de basse qui déroula le tapis rouge sous le velours ouvragé de sa voix brûlante, couleur Sud profond.

Je vous donne l’adresse :  Slug’s, 242 East 3rd St. (bet. Aves. B & C) New York City à partir de 21 heures. Un drôle d’endroit usagé pour une drôle de fleur de la nuit avec ce drôle de nom. Alcools forts et serments frelatés. Elle avait essayé l’inverse mais cela n’avait pas marché non plus, surtout côté serments. Dieu, des anges et des hommes qui n’en étaient pas, s’étaient relayés pour la sauver ou l’asservir.

Parfois, elles s’appellent aussi Billie, Ella, Sarah ou Nina, ce sont ses sœurs de blues.

 

Divine diva

Tenue de soirée pour un soir à l’Opéra où l’on donnait le Bal Masqué. Dans la pénombre qui nimbe la salle, tout brille, tout flamboie, tout étincelle. Elle est assise au premier rang du balcon, un homme distingué l’accompagne. Forcément. Les femmes ne vont jamais seules à l’Opéra. Cet endroit aurait-il mauvaise réputation ? Bien sûr, il y a ces vieilles histoires de danseuses légères et de banquiers fauchés, le drame y rôde en permanence, mais plutôt sur scène. Allons, nous ne sommes plus sous la troisième république et le canal de Panama est creusé depuis longtemps.

Elle n’a pas l’air de s’ennuyer, ni de prendre plaisir. Peut-être déteste-t-elle l’opéra italien ? A moins qu’elle ne se rende à une sorte d’obligation conjugale ou mondaine ? Ou encore, moderne Amazone lancée sur l’autoroute de la gloire où la station Opéra est toujours un bon placement au monopoly de la réussite… Au fond, la célébrité banalise et vulgarise ; tandis que le mystère embellit. Alors ? Quel est le secret de ma belle et mystérieuse inconnue ? Héritière d’une hacienda en Argentine ? Espionne ? Le KGB a été officiellement dissous. Ne cherchez pas : à l’Opéra, que voulez-vous qu’elle soit sinon une diva.

Et elle était divine, ma diva.

 

Envoyez Envoyez