Auteur: Édouard Glissant

Né à Sainte-Marie (Martinique) le 21 septembre 1928, mort à Paris le 3 février 2011 Édouard Glissant est l'un de plus grands penseurs et écrivains du siècle.

« Edouard Glissant (1928-2011), un héritage magnifique » de Boniface Mongo-Mboussa

Boniface Mongo-Mboussa

Nous savions Edouard Glissant malade et son décès n’est malheureusement pas une surprise, nous rappelant que même les plus grands sont mortels. Faut-il parler d’une perte alors qu’il nous laisse tant d’écrits et une pensée extraordinairement développée ? Sa réactivité face à l’actualité va par contre terriblement nous manquer, nous qui sommes ses enfants. Il est impossible de dire à quel point la rédaction d’Africultures a été marquée par cet héritage et s’en réclame. Nous préparons un numéro spécial de la revue en hommage à ce maître. En attendant, voici un court texte de Boniface Mongo-Mboussa qui coordonnera ce numéro.

Edouard Glissant est mort, mais il nous laisse ses mots : un héritage magnifique, protéiforme et fertile. Quand il publie en 1956, son premier essai-poème, Soleil de la conscience – un texte à redécouvrir – Edouard Glissant se donne à voir comme son propre ethnologue. Il écrira plus tard : « Nous haïssons l’ethnographie : chaque fois que, s’achevant ailleurs, elle ne fertilise pas le vœu dramatique de la relation. » Tout Edouard Glissant est déjà là. Car Soleil de la conscience, qui est une méditation sur la rencontre du poète avec le paysage français est une manière de penser l’altérité par la nature. Lors de cette première rencontre, Edouard Glissant constate que ce paysage lui est à la fois familier et étranger. Proche, parce qu’il est somme toute Français et qu’il possède par conséquent une certaine culture de la géographie française ; lointain, parce que ce paysage ne lui parle pas comme il parlerait à un Normand ou à un Bordelais. Ce choc lui ouvre les yeux sur son antillanité. Ce qui le conduit à investir l’Histoire. Or, en relisant les philosophes qui se sont intéressés à cette discipline, Glissant s’aperçoit très vite qu’il a été relégué à la périphérie de l’Histoire universelle par Hegel : « De vrai, toute histoire, écrit-il, (et par conséquent toute raison de l’Histoire conçue projetée dans elle) a décidément été exclusion des autres : c’est ce qui me console d’avoir été par Hegel exclu du mouvement. » Là où les philosophes africains dépensent une énergie folle et vaine pour courir derrière l’ombre, Edouard Glissant affronte Hegel de manière oblique. A cette vision totalisante, prétendument universelle, Edouard Glissant oppose l’Opacité, le Divers, le Rhizome et surtout la Relation. Ce refus des systèmes sera durant toute sa vie, sa marque de fabrique. De ce point de vue, la pensée Glissantienne, qui est une ode à la fraternité, recoupe, à certains égards, celles de Derrida et Levinas : deux pensées de l’Autre mais aussi deux discours de l’opacité. Mais là où les philosophes professionnels proposent des traités, Glissant donne à lire le fragment, l’éclat, l’aphorisme tout en subvertissant les genres. Romancier, philosophe, dramaturge, essayiste, Edouard était avant tout un poète sensible à la créolisation du monde. C’est ici le lieu de rappeler, comme lui-même a su le faire avec élégance, que la créolisation n’est pas la créolité. Car Edouard Glissant n’avait nullement la prétention de proposer au monde un système. Il était l’incarnation de la pensée en mouvement. Ses écrits étaient dialogiques, réécritures, résonances. Réécriture de Saint-John Perse, dialogue avec Faulkner, Césaire, Hegel, Segalen, Leiris, Deleuze, etc. Même quand il interpellait Barack Obama, dans L’intraitable beauté du monde, il le faisait en poète. D’ailleurs, le titre de cet opuscule est inspiré de Char : « Dans nos ténèbres, il n’y a pas une place de la beauté. Toute la place est pour la beauté. » Et de Césaire : « La justice écoute aux portes de la beauté. » Cette célébration de la beauté comme troisième forme de la connaissance du monde, pour reprendre l’heureuse formule de Paz, a été au cours de ses dernières années, la préoccupation essentielle de Glissant.
Il n’est pas étonnant, que le dernier ouvrage qu’il nous lègue, soit finalement une anthologie de la poésie du Tout-Monde, magnifiant la terre, le feu, l’eau et les vents.

Boniface Mongo-Mboussa

Autres articles de cet auteur:

Envoyez Envoyez

S'inscrire pour ne rater aucun article.