Magie Faure-Vidot est une poétesse seychelloise. Elle est membre sociétaire de l'Institut Académique de Paris et de l'Académie Internationale de Lutèce. Elle est lauréate de nombreux prix dont la Coupe de la Ville de Paris (Jacques Chirac), une Lyre d'honneur, six médailles d'argent et plusieurs médailles de bronze aux concours littéraires internationaux. Elle a représenté les Seychelles à plusieurs reprises à l'occasion de rencontres poétiques internationales. Elle est la directrice de l’unique revue littéraire seychelloise, Sipay. Elle est la cofondatrice et la codirectrice de la revue électronique Vents Alizés et de la maison d'édition en ligne Edisyon Losean Endyen. Son œuvre est analysée dans de nombreux articles théoriques. Elle a publié 5 recueils de poésie L'Oasis des mots, 2016 ; Rêves créoles, 2012 ; Flamme mystique, 2011 ; L'âme errante, 2003 ; Un grand cœur triste, 1983.

Une analyse psychologique et philosophique de l’identité dans la poésie seychelloise contemporaine

 

Une analyse psychologique et philosophique de l’identité dans la poésie seychelloise contemporaine

Károly Sándor Pallai : Subjectivités seychelloises

 

 

Les publications de l’auteur sur la littérature seychelloise contemporaine

Károly Sándor Pallai est un océaniste, historien de la littérature, poète, traducteur et éditeur hongrois. En 2015, il a soutenu une thèse de doctorat de plus de 700 pages en littérature francophone consacrée à l’analyse psychologique et philosophique de l’identité dans les littératures contemporaines de la Caraïbe, de l’océan Indien et de l’Océanie (La micrologie de l’identité archipélique, Université Eötvös Loránd de Budapest, avec félicitations du jury). Il a publié de nombreux articles sur la littérature contemporaine des Seychelles. Dans « Mondes multiples, chiralité », il nous offre une analyse linguistique et philosophique de la poésie de Magie Faure-Vidot. Dans « Paradigms Of Space And Corporeity In The Contemporary Poetry Of The Seychelles », il donne un aperçu des principaux facteurs psychologiques et philosophiques qui influencent l’imaginaire et la poésie seychelloise. Dans « Konzigezon filozofik size poetik », l’auteur se propose de focaliser sur l’aspect phénoménologique et herméneutique des microlectures et interprétations de la poésie seychelloise. « Genres et généricité dans la poésie seychelloise contemporaine » est un parcours théorique de l’analyse systémique de la production poétique de l’archipel. « Lapoezi kontanporen seselwa » est l’un des rares articles théoriques en créole seychellois dans lequel l’auteur traite de la poésie contemporaine d’un point de vue philosophique. Dans « Lectures identitaires et étude philosophique de la poésie seychelloise contemporaine », Károly Sándor Pallai étudie les textes de Magie Faure-Vidot, de Reuban Lespoir et de Marie-Neige Philoë. Dans « Résonances, langages, écritures », il présente des micro-lectures psychologiques et philosophiques des textes de Philippe Boullé et de Daniel Ally. Après un parcours historique, Károly Pallai donne une synthèse de la littérature seychelloise contemporaine dans « Théorie littéraire et approche psycho-philosophique dans l’analyse du corpus poétique seychellois » en étudiant les enchevêtrements et les interpénétrations de l’insularité et de la subjectivité dans les poèmes de Magie Faure-Vidot, de Reuban Lespoir, d’Eugène Élizabeth, de Colbert Nourrice et de Philippe Boullé.

À part ses articles sur la littérature seychelloise, ses autres sujets de recherche sont également à souligner. Il est le premier chercheur à avoir consacré des articles à la poésie contemporaine de Wallis et Futuna (« Histoire, mythe et le paradigme identitaire dans la poésie wallisienne et futunienne », « Identité, héritage et histoire dans la poésie contemporaine de Wallis-et-Futuna »). Il a également publié de nombreux articles sur la littérature polynésienne dont « Corporéité, histoire et mémoire dans la littérature polynésienne contemporaine », « Langue(s), identité(s), folie(s), dans Les gens 2 la folie de Philippe Neuffer », « Histoire et identité dans l’écriture de Chantal Spitz », « Discontinu et fragmentaire dans l’écriture contemporaine de la Polynésie française » et « Topoï de contre-exotisme dans l’écriture de Titaua Peu », ainsi que des entretiens avec des auteurs majeurs de la Caraïbe, de l’océan Indien et de l’Océanie (Mosaïque des océans, Presses de l’Université de Pécs, 2017).

 

Subjectivités seychelloises

Dans sa monographie, Károly Sándor Pallai analyse la poésie seychelloise contemporaine, traitant des textes du 20e et 21e siècles, étudiant des poèmes de Magie Faure-Vidot, Daniel Ally, Philippe Boullé, Reuban Lespoir, Vénida Marcel, Marie-Flora BenDavid Nourrice, Marie-Neige Philoë, Jean Aline, Eugène Élizabeth et Paul Derjâcques écrits en français, en créole et en anglais.

Cette analyse de la production poétique seychelloise contemporaine cherche à s’inscrire dans une perspective comparative. L’auteur s’intéresse aux facteurs psycho-philosophiques (identité, altérité), linguistiques (trilinguisme) et topo-psychologiques (archipélité, insularité) qui se manifestent dans les œuvres littéraires et les constructions identitaires complexes, superposées. L’analyse se focalise sur l’étude des principaux paradigmes de l’île et de l’archipel en tant que nœuds perceptuels, prismes conceptuels et matrices d’espace-temps.

Dans Subjectivités seychelloises, Károly Pallai étudie la notion de genre et ses diverses manifestations en soulignant l’importance d’une telle analyse générique du point de vue d’une poésie en devenir, celle de la littérature trilingue des Seychelles. Il examine les phases de la prise de forme textuelle et la manifestation des schémas mentaux dans les poèmes. L’auteur s’intéresse aux facteurs psychologiques, philosophiques, linguistiques et culturels de la constitution identitaire, de la pluralité linguistique et culturelle des œuvres littéraires, ainsi qu’à l’histoire et à l’héritage coloniale. L’étude philosophique et psychologique de l’identité, de l’insularité et de l’imaginaire archipélique constitue l’axe principal de l’analyse qui cherche à traiter des singularités épistémiques et herméneutiques, des vécus hybrides, des échanges et transgressions qui caractérisent la littérature seychelloise.

Le pluralisme méthodologique vise à atteindre une richesse interprétative multi-dimensionnelle et une diversité théorique qui permettent le nuancement et la pluralisation des lectures qui peuvent être aptes à saisir les croisements génériques, formelles et thématiques, les aspects synchroniques et diachroniques des dynamiques identitaires. L’activité analytique est tournée vers l’étude des principaux vecteurs de l’identité (enracinements et aliénations, généalogies et réinvention permanente de soi-même, les diverses techniques de la narration de soi).

Károly Sándor Pallai vise à situer la poésie seychelloise dans l’univers de la littérature indianocéanienne à travers les micro-analyses textuelles tout en mettant en relief la perspective macrologique, les singularités seychelloises dans son étude des opérations narratives, de la remémoration collective et des éléments culturels. La dimension psychologique de l’identité et de l’intersubjectivité unit les interrogations philosophiques sur l’appartenance culturelle, la pluralité linguistique, la diversité des héritages et la multi-dimensionnalité historique. Le choix du corpus, la progression de l’analyse et l’inventaire méthodologique peuvent s’inscrire dans un cadre défini par les théories visant la décentralisation de la perspective et du champ herméneutique (littérature-monde, tiers espace, subalternité, coolitude, hybridité, créolie, métissage, épistémè, créolité, indianocéanisme, orientalisme, littérature émergente, dialogicité, océanité) en faveur d’une transgressivité, d’une flexibilité et d’une fluidité disciplinaires, notionnelles.

À part une étude thématologique et imagologique, l’auteur se propose d’aborder certains aspects particuliers de la production littéraire étudiée, notamment les caractéristiques qui témoignent d’un plurilinguisme, d’une multiplicité identitaire culturelle, ethnique et d’une complexité historique qui font éclater les notions et les cadres analytiques traditionnels. La lecture proposée examine les stratégies textuelles cherchant à désamorcer ou au moins à conscientiser les rapports de force entre centralité et marginalité, monolinguisme et plurilinguisme. Les micro-lectures cherchent à encadrer une plongée introspective sondant les dimensions psychologiques, philosophiques, historiques, culturelles et linguistiques sous-jacentes des questions identitaires.

La littérature seychelloise (Paris, L’Harmattan, 2006) de Pascal Canova est l’unique ouvrage consacré à la littérature seychelloise. L’auteur nous offre une analyse précise et minutieuse de la genèse, de la production et de la réception de la littérature seychelloise sans proposer des analyses de textes, des micro-lectures, sans étudier en profondeur la question de l’identité dans les œuvres littéraires. L’ouvrage de Károly Sándor Pallai est donc le premier et l’unique ouvrage académique de son genre. De cette façon, cette monographie est d’une importance considérable et fait des progrès sensibles non seulement dans le domaine des lettres seychelloises ou des littératures indianocéaniennes, mais dans le champ des études francophones et de l’histoire littéraire en général.

 

Envoyez Envoyez