Selim Lander est critique, membre de l'AICT (section Caraïbe)

La Collection Thannhauser à Aix-en-Provence

Frantz Marc – Blaue Kuh

Sans les nazis et leur acharnement à persécuter les juifs, les chefs d’œuvre actuellement de passage à Aix-en-Provence n’auraient jamais atterri à New York, au Guggenheim. Ils seraient sans doute exposés dans une fondation en Bavière. C’est en effet à Munich qu’un certain Heinrich Thannhauser (1859-1935), après avoir vendu des vêtements puis possédé une entreprise d’éclairage, ouvrit sa première galerie, en 1905. D’abord vouée à la promotion des peintres de la « Sécession munichoise » la galerie organisera en 1908 une rétrospective Van Gogh (mort en 1890) où se vendirent seulement deux toiles (!). Des Van Gogh exposés à Aix se détache un relief tourmenté à dominante de bleu (Montagne à Saint-Rémy, 1889). En 1912, Heinrich accueillit dans une nouvelle galerie, toujours à Munich, une exposition du groupe Der Blaue Reiter (le Cavalier bleu) fondé par Kandinsky et Frantz Marc dont la grande toile intitulée Gelbe Kuh (Vache jaune, 1911), est sans nul doute la pièce la plus « spectaculaire » de la sélection aixoise. Après qu’une filiale de la Moderne Galerie munichoise ait ouvert à Lucerne dès la première guerre mondiale, en 1928, Heinrich Thannhauser déplaça le centre de ses affaires de Munich à Berlin où furent présentées nombre d’expositions prestigieuses.

Douanier Rousseau – Les joueurs de football

Entretemps son fils Justin (1892-1976) avait pris le relais, muni d’une solide formation classique acquise à Berlin, à Florence, à Paris. C’est dans cette dernière ville, en 1912, où Justin Thannhauser acquit Les joueurs de football (1908) du Douanier Rousseau qui font également le voyage à Aix (un tableau revendu par Justin à la fin de la première guerre, après son mariage, pour se procurer de quoi « aménager sa maison » et racheté par lui bien plus tard, en 1960…). Justin et sa famille quittèrent Berlin pour Paris en 1937, la galerie berlinoise ferma alors ses portes tandis que le galeriste se muait en grand marchand international, organisant des expositions et prêtant, à l’occasion, ses propres œuvres. Au début de la deuxième guerre, il réussit à déplacer la plus grande partie de son stock en lieu sûr, en Suisse ou à New York où il s’installa début 1941 avec sa famille. C’est enfin en 1963 que, sans héritier direct après la mort de ses deux fils, il a légué soixante-quinze œuvres de sa collection personnelle à la Fondation Guggenheim. Il a continué à voyager, rendant visite à Picasso, par exemple, auquel il achetait des toiles et qui lui fera cadeau pour son remariage d’un tableau que l’on peut qualifier d’ultra-expressionniste, Le Homard et le chat (1965).

Picasso – Le homard et le chat

Le legs Thannhauser est exposé à New York dans une galerie adjacente à la fameuse rotonde de Frank Lloyd Wright. L’accrochage de cinquante œuvres de la collection sur les cimaises de l’Hôtel de Caumont, à Aix (après Bilbao et avant Milan) nous a paru plus attrayant qu’au Guggenheim New York où l’auteur du legs a exigé que la présentation restitue l’atmosphère (désormais vieillotte) des « salons » où lui-même montrait ses tableaux.

Cézanne – Assiette de pêches

Picasso – Fernande à la mantille noire

Quant au contenu, il est dans l’ensemble de très haut niveau et l’on ne saurait trop recommander la visite de cette exposition. Outre les peintures déjà mentionnées, le visiteur s’arrêtera sans doute, parmi bien d’autres, devant les deux portraits de femmes dans leurs robes à traîne respectivement par Renoir (La femme à la perruche, 1871) et Manet (Femme en robe à rayure, 1877-1880), devant l’Assiette de pêches (1879-1880) en équilibre instable de Cézanne et son Homme aux bras croisés (c. 1899) ainsi que le « tableau retrouvé », un paysage provençal, Bibemus (1894-1895) repris pour l’affiche aixoise, ou devant deux chefs d’œuvre du jeune Picasso, Le Moulin de la Galette (c. 1900) dont la facture évoque curieusement Van Dongen, et Fernande à la mantille noire (1905).

Pas d’art abstrait dans cette sélection, quelques rares tableaux cubistes, si Heinrich et Justin Thannhauser avaient le goût sûr, ils ont défendu et collectionné une peinture empreinte d’une sage modernité.

Van Gogh – Montagnes à Saint-Remy

 

Chefs d’oeuvre du Guggenheim – De Manet à Picasso, la Collection Thannhauser. Hôtel de Caumont, Aix-en-Provence, 1er mai-29 septembre 2019

Envoyez Envoyez


One Response to “La Collection Thannhauser à Aix-en-Provence”

  1. Eleonora Fojica dit :

    J’aimerais que vous nous parliez aussi de l’exposition Van Gogh des Baux-de-Provence, placée dans les Carrières de Lumières. Des peintures placées dans des carrières, c’est comme un récit dans le récit, c’est Van Gogh réinventé.