Auteur: Antoine Constantin Caille

Jeunesse à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant invité dans les départements de langues modernes à Georgia Tech puis à William & Mary. En ce moment, enseignant de philosophie et lettres modernes au Lycée Al Jabr de Casablanca. Malencontreux auteur de quelques articles et poèmes par-ci par-là. https://independent.academia.edu/AntoineConstantinCaille

Poèmes du jour et de la nuit (20)

suinte

suite

regard

rétrograde

la mélancolie

par les rebords

les fentes entre les rebords

les nerveuses ouvertures

fermetures

du cercueil de l’espoir

 

 

peut-être

sans

doute

là où gît

en le lieu où

la tristesse atteint

n’atteint pas

son point

son poids

infini

s’éteint

s’allume

éclate

une bonté

infinie

 

 

Gras comme un loukoum

ras la couette

dans une bien belle tombe

sous une belle pelouse

vaches noires, une normande

manger prier dormir

à Lucien, Mississippi

le soir

tombe

taille-crayon

dans la petite poche du sac à dos

gris

étape première du poème

je

t’inspire un foutoir ?

kiwi trompeur

nul intérêt

pas si radicale

un mois

à Bologne

le bruit

bien y aller

qui hier m’a fait peur

à Washington

Middle Fork Creek

Providence Baptist Church

ils en ont

n’a rien

des arbres

compris

celui qui pense comme ça

 

 

chute

énerverait

chut

tout se tait

à partir de là

depuis

cette absence d’endroit

cette fragilité

parler

dire fragilement

quelque

chose

bredouiller

désempouasser de l’empouacré

une fredaine parole

une bénédiction

 

Envoyez Envoyez