Auteur: Antoine Constantin Caille

Jeunesse à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant invité dans les départements de langues modernes à Georgia Tech puis à William & Mary. En ce moment, enseignant de philosophie et lettres modernes au Lycée Al Jabr de Casablanca. Malencontreux auteur de quelques articles et poèmes par-ci par-là. https://independent.academia.edu/AntoineConstantinCaille

De l’âme malade (I)

Chanson récréative

 

chirurgie
calmant
mental
retard
de l’intelligence
de la diligence
dans le regard
du malade

reste une lueur
d’espoir
une lune à l’heure
d’été
aller sur la plage
la nuit
souriait
sans une once
de peur

de ce produit
de la vésicule
biliaire
de l’âme malade

de la mélodie
de la mélancolie
la maladie de l’incapacité à être
confortable
avec ce qui est
inacceptable

et la manière de
tout remettre sur
la table
le temps où nous sommes
disposés
et le temps qu’il fait
dehors
n’a plus d’importance
parce qu’on
c’est trop facile
de dire « on »
m’a bouclé

les poignets
au lit
d’hôpital
dans une chambre (celle-là)
du secteur fermé
en boucles
dans
la mémoire
les épisodes
du passé
qui n’est pas
comme
on le souhaite
Godard aime
à le rap-
peler
passé
pacifié
opacifié
ô déesses
maintenant j’en parle
en vogue
comme une expérience du passé
mais suis-je
qui est ?
à l’abri
de nouveaux épisodes

de cette série
télé-
visée
je te tiens
d’ode en ode
d’ordre en désordre
d’ogre en appétit
tout engorgé d’enfants-
dauphins
trouvant sur la plage
nos motifs effacés par les vagues
des coqu-
illages
qu’on a bien épargnés
de l’accès au trône
souverain
once
upon a time
d’humanité

Envoyez Envoyez