Auteur: Michel Lercoulois

Michel Lercoulois enseigne les sciences économiques. Il est poète à ses heures.

Coronavirus

 

Tandis que le virus
Partout cherche ses proies
Tandis que les humains
Rentrent dans leurs tanières
Et qu’au fond des enfers
Le diable se régale
Du haut de son Olympe
Le Bon Dieu s’interroge

 

 

Etait-il nécessaire
De les punir ainsi
Bien sûr qu’ils sont coupables
Mais si faibles aussi
Avides de bonheur
Constamment malheureux
Maladroits à bien faire
Trop habiles à mal faire

Tandis que sur la terre
De plus en plus nombreux
Hommes et femmes trépassent
Le Bon Dieu tout là-haut
A pris sa décision

Ils ont tué mon fils
Saccagé leur planète
Mes oiseaux mes poissons
Sont gorgés de plastique
Le bœuf et les moutons
Egorgés sans pitié
L’âne martyrisé

Le mépris des puissants
Les pauvres qui ont faim
Les amas d’immondices
Que fouillent des enfants
Et partout des carnages
S’ils invoquent mon nom
C’est pour s’entretuer

Bien sûr qu’ils me déçoivent
Ils sont libres après tout
Que puis-je faire d’autre
Que les châtier encore

 

15 mars 2020

Envoyez Envoyez