Auteur: Alexander Benett

Sa mère est une artiste peintre normande, son père écossais. A. Benett a occupé la fonction éphémère de bassiste dans un groupe de rock’n’roll oxfordien, avant de se tourner vers une activité de song-writer. Il écrit les Chroniques du bar de la plage au fil de ses humeurs et du temps, comme les titres d’un endless album, sentimental, un peu bordélique, quelques fois magique.

Le bar de la plage – 27, 28 et 29

Episode 27

Une fille jolie comme ça

Il est de ces jours qui n’annoncent rien d’autre qu’eux-mêmes. Epatants. L’espérance est définitivement une cause d’inquiétude inutile. Le ciel et la mer étaient à l’unisson : inoffensifs, parés d’un ennui indéfroissable.

Line, je vous en ai déjà souvent parlé, est une fille agréablement neurasthénique, sujette aux chagrins d’amour ; elle sortait tout juste de sa cinquième crise de désespoir, mais c’était passager, elle n’allait pas se suicider pendant la semaine du Festival de Cannes, elle aime beaucoup trop aller au cinéma. Ses préférences : les comédies romantiques et les films d’amour qui finissent bien, comme « Un homme et une femme » ou « Tout peut arriver » avec Jack Nicholson et Diane Keaton. Pas question de s’en priver stupidement, et surtout d’une façon aussi radicale et définitive.

En ces temps intermédiaires, Line affichait discrètement cette beauté subtile, parfois un peu distante, des filles auxquelles la naissance a donné la grâce. Et plein de choses en plus.

Line ne marche pas sur l’eau mais elle le mériterait, et ça lui irait tellement bien. Quand on a le béguin pour une fille comme Line, on est bien obligé de faire quelque chose d’épatant pour elle. Dans une nouvelle intitulée « La place de la Concorde était bleue », le héros Julien-Jules cueillait des étoiles de ciel pour les coudre sur le maillot de bain de sa fiancée, Parnaphellia.. François Truffaut qui devait être amoureux de Bernadette Lafont lui a carrément écrit un film où elle était la vedette : « Une belle fille comme moi », bien trouvé, non ? Vadim fit encore mieux pour BB : « Et Dieu créa la femme ».

On en était là, la mer était montée sans même qu’on s’en aperçoive, Line décida d’aller se baigner. Elle courut jusqu’au rivage, puis s’enfonça dans les flots.  Elle nageait plutôt bien mais il fallait se rendre à l’évidence : Line ne savait pas marcher sur l’eau, et pour les miracles Jean-Do n’était pas du tout au point. C’était une relative déception.

Puis le temps nous parut très lent. Enfin Line revint parmi nous. Elle se sécha, s’ébouriffa les cheveux et chassa les dernières gouttes d’eau salée qui s’étaient réfugiées dans son soutien-gorge. Alors, on entendit Line dire tout doucement :

– Vous verrez, un jour je saurai marcher sur les vagues.

 

Episode 28

Chabadabada…

Le soir faisait du soir, Louise de V. fredonnait :
« Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous »,
Une longue dame brune l’avait composée.
Louise trainait des pieds en bordure de l’eau,
sa longue robe gitane frissonnait dans la brise.
Barbara aurait sûrement aimé ça.
Jules a le cœur et le blouson en bagarre,
riffs de guitares dans la tête :
Nous n’avons plus rien à nous dire/
Joue pas de Rock ‘nd Roll pour moi
Il s’est encore écharpé avec Caro.
Jim déconne à tue-tête :
600 millions de chinois/Et moi, et moi/
Dans mon bain/ Avec une fille qui me nettoie
Caro, en duo avec Françoise Hardy, fait dans le
genre incomprise ( le destin tragique des filles
qui ont trop lu les poètes menteurs) :
Tous les garçons et les filles de mon âge/
Se promènent dans la rue deux par deux/
Mais moi je vais seule le long des rues…
Dans la nuit, Leslie hurlait aux étoiles :
I can’t get no / Satisfaction
On ne l’a pas crue, Mick J. non plus. Aretha
Franklin entonne « Freedom », les ghettos
s’embrasent, on marche tous avec Aretha.
Jean-Do glisse une thune dans le juke-box, B14 :
Ray Charles, Georgia On My Mind. Je me demande
ce que ça cache…
Je joue A12 : Monsieur Eddy en pince pour une
fille aux yeux couleur menthe à l’eau, moi aussi.
Je double la voix d’Eddy, peut-être que si elle
m’entend, elle pensera à revenir.
Line comptait les étoiles, elle connaît toutes les
chansons du monde ou presque, celles qui dansent
quand on est amoureux, celles qui consolent les soirs
de chagrin, celles qui pleurent, celles qui rient , et  les autres…

Vous imaginez une vie sans chanson ?

 

Episode 29

Les grands films commencent par la fin

On a revu la Dolce Vita. Dernières scènes : une bande de fêtards élégants, lunaires et solaires, envahissent la luxueuse maison d’un ami absent, pour y finir la soirée. Architecture modernissime épurée, intérieur blanc, escaliers blancs, murs-baies coulissants. Ils boivent, dansent, oublient et s’oublient. Une femme se déshabille. Au matin, le propriétaire de retour, les vire. Tout le monde est assez saoul, ils s’égayent à  travers les arbres  jusqu’au bord de la mer. Photographie en noir et blanc : l’élégance sombre des robes et des costumes s’imprime sur la pâleur du matin. Des pêcheurs ramènent dans leur filet un énorme poisson, sorte de monstre marin échoué sur le sable… Il y a l’embouchure d’une rivière. Sur la rive opposée, une fillette souriante et rieuse interpelle Marcello Mastroianni-Rubini – le journaliste people – langage des signes par-dessus le bruit des vagues. S’entendent-ils ? Une fille revient rechercher Marcello… Il ne reste que la mer, le matin, l’horizon vide. Tout est dit. L’éternité et des vies qui passent ; celle laborieuse des pêcheurs, celle de la fillette qui commence avec son cortège d’espérance, celle des autres, oisives, brillantes et vaines, et puis la mort qui rode dans l’œil du poisson. Les lumières se rallument. On avait presque oublié la fontaine de Trevi et le décolleté d’Anita…

Fellini savait ce qu’il faisait, il nous a un peu baladés, On n’a pas fait très attention. L’essentiel était ailleurs, à la fin. Maintenant on est au courant, on va pouvoir revoir le film, pour de bon, sans impatience. C’est toujours un peu comme ça qu’il faut faire avec les grands films.

L’océan faisait semblant de nous écouter, le vent ne voulait pas nous déranger. Les oiseaux de mer avaient leur compte, ils avaient déserté la scène.

On est resté encore un bon moment avec Marcello et ses belles amies…

 

Envoyez Envoyez