Auteur: Antoine Constantin Caille

Jeunesse à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant invité dans les départements de langues modernes à Georgia Tech puis à William & Mary. En ce moment, enseignant de philosophie et lettres modernes au Lycée Al Jabr de Casablanca. Malencontreux auteur de quelques articles et poèmes par-ci par-là. https://independent.academia.edu/AntoineConstantinCaille

Poèmes du jour et de la nuit (14, 15, 16, et 17)

Poèmes du jour et de la nuit (14)

démon de solitude

trouvé dans la puissante lumière

 

je me couche heureux parce que demain je vous vois

 

le vent

de bas en haut des falaises effritées

 

malfaçon

triomphant

sans aucune magie

sauvée

 

située près des cinq terres

le long des pans

de montagne

une auberge cachée

son intérieur en bois

 

vers la mer à dos de colline, route ondulant
toute trace

aurais perdue

 

pièce de métal

patiente incorporation

 

reposant le monde

court de feuille en feuille

coupant court au tourment, aux mauvais rêves

 

note attaquée sur un temps faible

 

Poèmes du jour et de la nuit (15)

lézards dans les feuilles

insecte sur les pétales de fleur

texture soyeuse, molle

extase peut-être, pour lui

fleur décapitée

continue d’être un royaume

rose, aromatisé

une pie s’envole d’un arbre

le soleil abonde

touche tout ce qu’il voit

 

pour tuer un arbre

planter autour du tronc une rangée de clous rouillés

une fenêtre

sur un magnolia

 

voix

mieux entendue

dans l’obscurité

 

je te priais

de me promettre

que

ce n’était pas un rêve

 

promesse fut faite mais

j’ai tout de même

dû me réveiller

 

napoléon,

éteignez ce

néon

mercy

 

Poèmes du jour et de la nuit (16)

Des dorades, des saumons

des tourbillons de sauterelles

 

une rivière donne un baptême

fredonne un bateau de souvenirs

une éclaircie

 

bulles d’eau froide

bulles de souvenirs

 

du chocolat pour principale nourriture

 

transsubstantiation

transsubstantierai

des souvenirs

des délivrances de souvenirs

 

particules de matière musicale

animalcules musicales

whistletones

 

le songe resplendit

 

la peau du souvenir

oreille

tempes contre matelas

 

étincelles

 

de mémoire un parfum

de m’émouvoir après m’être roulé dans l’ample mousse du souvenir

 

 

Poèmes du jour et de la nuit (17)

Canines

pointes

autour

de nos langues

 

de ta voix

découvre

quelques

renforts

 

face écrasée

 

sortie

depuis quelques jours

assure une puissance qui

sourd

 

agace

tous les écubiers

source

parole gelée

 

ces besognes

petites boutiques lointaines

petites images

 

équilibre

naturel surnaturel

dressant

toutes futures habiletés

 

 

 

survient

survole, ondoie

du bonheur

aussitôt reçu qu’oublié

 

épandu bruissement de feuilles

âme dans son action disparaît

et toute précaution qu’apeuré a suivie

un homme est rendue abrutissement de feuilles

 

 

Envoyez Envoyez