Auteur: Michel Lercoulois

Michel Lercoulois enseigne les sciences économiques. Il est poète à ses heures.

La fureur est tombée sur la ville écarlate

La fureur est tombée sur la ville écarlate
La fièvre se recuit dans des bouges saumâtres
Un gamin au sexe minuscule arrose le trottoir
Des hommes apeurés reluquent les outres exorbitantes
des filles blondes aux longues jambes nues
Les mendiants se disputent quelques reliefs pourris
Des voleurs farouches jouent leur butin aux dés
Dans les palais les ministres corrompus comptent leur or
Un roi sans joie besogne la chambrière de la reine
Un cul de jatte hagard est posé contre un mur
Les aveugles en passant le piquent de leur canne
Des bourgeoises esseulées pleurent les jours d’antan
Les maris repus de trop de chère bedonnent au fumoir
De jeunes loups naïfs aiguisent leurs couteaux
Sans savoir qu’ils seront les premiers transpercés
Les tendres demoiselles découvrent l’art du stupre
Elles veulent les mâles mûrs affamés et brutaux
Pour cultiver l’obscène entre gens de bon goût
Ailleurs dans les fabriques un vain peuple s’agite
Gens de peu pauvres et puants
Qui triment pour le pain le vin et le taudis
où s’entasse une marmaille infâme
Tristes odeurs de bouffe de merde et de pisse
Avec des cris parfois ou des vagissements
Une vieille à l’article gémit sur son grabat
Peut-être qu’elle entend les râles du coït
Elle qui aimait tant jadis foutre avec fougue
En bas dans la rue deux ivrognes s’embrassent
Ils mélangent leurs langues sans s’embarrasser
des relents du pinard
La piquette des dieux
Le nectar des vieux cons
Partout dans la ville la vermine grouille
On est tous frères en Jésus-Christ, pas vrai ?
Sauf que lui a laissé sa vie dans un film gore
Alors que nous mourrons dans un chenil crasseux
Parce que nous sommes bien des chiens, n’est-ce pas darling ?
Lui dis-je en la prenant par derrière

Envoyez Envoyez


3 Responses to “La fureur est tombée sur la ville écarlate”

  1. gab dit :

    sexe et nihilisme la recette marche toujours. Le désespoir fut longtemps un pêcher capital

  2. ce poème ressemble au “spleen ” de Baudelaire (19eme siecle).
    Il est très génial et soigneusement écrit, car le poète choisIT les mots les mots exacts qu’il faut pour dire sa licence.

    j’aimerai donc terminer par une suggestion en terminant ainsi ce poème par ce vers, si j’étais lui.
    ” …et que vienne le règne du KAMASOUTRA ..”

  3. Gabriel DEEH SEGALLO dit :

    Voici encore une belle autre leçon d’écriture. Continuez à nous en abreuver.