Auteur: Antoine Constantin Caille

Jeunesse à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant invité dans les départements de langues modernes à Georgia Tech puis à William & Mary. En ce moment, enseignant de philosophie et lettres modernes au Lycée Al Jabr de Casablanca. Malencontreux auteur de quelques articles et poèmes par-ci par-là. https://independent.academia.edu/AntoineConstantinCaille

A Touch of Sin : Apologie ou typologie de la violence ?

‎A :

Vais voir Touch of Sin au cinéma.‏

‎B :

Quel film !‏ Mon préféré ces derniers temps.‏

A :

Je te dis ça dans 2h.‏

‎B :

C’est une journée appropriée pour le voir (situation en Ukraine)‏.

‎A :‏

‎Yes ils ont gagné‏.

A :

Une apologie de la désespérance. ‏

Qui nous dit combien nous sommes chanceux‏.

Très bien filmé‏.

B :

C’est vraiment le contraire d’une apologie (de la désespérance).‏

‎A :

J’étais certain que tu n’apprécierais pas !‏

Il y a un certain parti pris de l’auteur pour la violence… excusée.

‎B :

C’est un diagnostic.
C’est drôle comme souvent tu vois des critiques de… comme des valorisations de…‏.

Le monde est très violent.‏

A :

Oui le monde est violent, c’est pour ça que j’ai dit immédiatement derrière que nous sommes chanceux‏.

C’est un très beau film, j’aurais préféré plus de… moins de complaisance vis-à-vis de cette violence.

La désespérance ne fait pas automatiquement basculer dans la violence. Il y a une certaine mode tarantinesque de l’hémoglobine qui me dérange un peu.‏

B :

Je trouve qu’il y a de la complaisance, voire – pour utiliser un terme adoré par les critiques – de la jubilation dans la représentation de violences dans beaucoup de films, y compris d’assez bons (comme ceux de Tarantino), mais justement pas dans celui-là.
C’est facile de s’en rendre compte : les actes violents dans ce film ne suscitent aucun plaisir (à moins d’être un spectateur pervers), ils font même très mal au spectateur, et cela de la première scène à la dernière.
Alors je parlerais plutôt de compassion que de complaisance.‏

En fait il faudrait même faire une typologie de la violence dans ce film (ce que le film fait peut-être)‏ : violence du plus fort (normalisée, légalisée, systémique), violence réactive des plus faibles (brusque, incontrôlable, ano(r)male)…‏ Le Mal régularisé et le Mal explosif (explosant à travers des « gens bien » qui explosent avec).

A :

Oui c’est ça exactement.
Et d’ailleurs je crois que c’est ce qui m’a dérangé‏.

Un peu !‏

‎Sinon c’est magnifique.‏

B :

Forcément on a un peu de plaisir à voir les plus faibles se venger, mais on a plus l’impression d’un chaos désespéré que d’une vengeance savoureuse. Et le désespoir qui est représenté a la force d’un manifeste virulent contre l’état des choses. Je n’y vois pas de complaisance. En revanche le problème du plaisir pris à commettre des actes violents est posé dans le film, notamment à travers le personnage du père avec le bonnet noir NBA qu’on voit dès la première séquence. Mais encore ici, c’est bien plus une critique psychologique et sociale qu’une apologie.

A :

Oui. Le revolver lui donne un pouvoir qu’il n’a jamais eu – l’argent dérobé n’ayant aucune importance puisqu’il le donne à sa femme et à sa mère. Pour les autres le syndicaliste et l’hôtesse, c’est autre chose : ils veulent simplement être respectés tout comme le gamin qui, ne supportant pas d’être de plus en plus déchu, [… : nous effaçons cette partie du dialogue pour ne pas donner trop d’informations sur l’histoire aux lecteurs désireux de voir le film.]

B :

Lui, il manque surtout d’amour et de choses (d’activités) qui lui permettent de donner du sens à son existence.

Envoyez Envoyez


One Response to “A Touch of Sin : Apologie ou typologie de la violence ?”

  1. Namaste dit :

    Vous avez evoqué la compassion pour parler du regard à travers lequel le film représente la violence – si j’ai bien compris vos propos – mais en effet il me semble que c’est justement la valorisation de la compassion qui peut nous fournir les clés d’une société où il y aura moins de violence et une abondance “d’amour et des choses … qui permettent de donner du sens a son existence”. Bon compte rendu. Merci.