Auteur: Umar Timol

Né à l’île Maurice, Umar Timol est l’auteur de trois recueils de poésie, La Parole Testament, Sang et Vagabondages, édités aux Editions l’Harmattan. Il a contribué à de nombreuses anthologies, à Maurice et à l’étranger. Il a aussi écrit un scénario de BD, Les yeux des autres, qui a été publié dans l'ouvrage collectif, Visions d'Afrique ( l'Harmattan ). Il est un des membres fondateurs de la revue de poésie mauricienne Point Barre, une revue transversale et plurielle qui publie aussi bien des poètes mauriciens que des poètes provenant des quatre coins du monde. Il est le titulaire d’une bourse du Centre National du Livre (CNL), qui lui a permis, dans le cadre d’une résidence d’auteur au Festival des Francophonies en Limousin, d’achever l’écriture de son premier roman Journal de la vieille folle.

petit cahier sanglant : hommage à Aimé Césaire

on ne demande pas au sang d’instruire les connivences des corps ou d’induire la volupté des pierres, on ne demande pas au sang d’enferrer le vol des vautours ou d’ensevelir les périples des barbares, on ne demande pas au sang de manifester les intrusions de la sagesse ou d’empiéter les traces de nos trop grandes douleurs, on ne demande pas au sang de courber les errances de l’ombre ou de dissoudre les larmes des innocents, on ne demande pas au sang de rassasier de pus nos mains trouées ou de jaillir à l’entour d’un désert bleu, on ne demande pas au sang d’enfourcher une étoile pour charrier la pleine ardeur de l’amour ou d’écarteler l’os pour en extraire la vermine et le corail, on ne demande pas au sang d’abrutir la pénitence des infidèles ou d’énoncer le torrent qui apprivoise l’oubli, on ne demande pas au sang de pulser les cadastres de la jouissance ou d’arrimer à nos rivages les hystériques de la beauté, on ne demande pas au sang de singer les rites des fous ou de cadenasser l’archange qui exerce le vouloir de la fracture, on ne demande pas au sang de nourrir ces couleurs ternies par le mépris ou de maculer la peau de nos rêves trop paisibles, on ne demande pas au sang d’engendrer un temps dénué de flétrissures ou de façonner sur ton visage les desseins de l’extase,

on ne lui demande qu’une seule chose,

d’encrer dans l’ouvrage qui archive nos différences

les efflorescences du mélange et d’une insatiable bâtardise

Envoyez Envoyez