Michaël La Chance

Michaël La Chance, poète et essayiste, est philosophe de formation. Il enseigne la Théorie et l'histoire de l'art à l'Université du Québec à Chicoutimi. Il est également directeur de la Maîtrise en art, responsable du cheminement en art numérique, et membre du comité de la revue Inter Art Actuel. La Chance a publié des essais sur le rôle des intellectuels à l'époque des géants corporatifs et du paradigme technoéconomique : Les penseurs de fer et les sirènes de la cyberculture (Trait d'union, 2001), sur la mondialisation de l’art et le sentiment d'échec de civilisation : La culture Atlantide (Fides, 2003), sur la poésie et la peinture allemande contemporaine devant le trauma : Paroxysmes. La parole hyperbolique (VLB, 2006), sur la censure dans les arts : Frontalités. Censure et provocation dans la photographie contemporaine (VLB, 2005), sur la cyberculture et le cinéma de science-fiction : Capture totale. Matrix. Mythologie de la cyberculture (Presses de l'Université Laval, 2006). Ses recueils d'écritures poétiques les plus récents sont : Carnet du Bombyx. Chimera in vacuo bombinans (l'Hexagone, 2000) et Fossés d'amour et d'insomnies (Trait d'Union, 2004). Finaliste au Prix du Gouverneur Général pour Paroxysmes, il a reçu le Prix International Saint-Denys Garneau 2003 pour La Trame du temps.

Éléments récemment créés par ce membre