Qu’est-ce que mondesfrancophones.com?

La revue entend offrir, grâce à l’internet, un vaste public aux innovateurs de la pensée et du style, s’ils s’engagent personnellement dans ce qu’ils écrivent. Elle le fait sans exclusive, privilégiant l’essai plutôt que l’article universitaire, et, en fiction et poésie, ceux qui « attaquent » la langue plutôt que ceux qui la « défendent », comme le disait Marcel Proust.

 

Lettre des rédacteurs :

Alexandre Leupin, directeur : – L’internet, c’est l’univers qui parle à l’univers, mondialisation imprévue et sans bornes de tous les discours… s’y défont les antiques réseaux tribaux de la réflexion, de l’information, de l’édition, de la création… y émergent le tout comme le n’importe quoi, le sublime des œuvres et de la pensée comme le délire paranoïaque, l’examen rationnel tout comme la désinformation la plus crasse, les voix prodigieuses de la singularité tout comme les subjectivités qui se groupent en communautés imaginaires ou en attroupements à la langue de bois.

Nous voulons que les prochains Prousts de Tombouctou, Georges de la Tour de l’art digital, Lacans d’Issoire, Montaignes d’Ambère… Maries de France de Tahiti, Glissants et Guyotats de Brazzaville, Novarinas de Ouagadougou s’inventent et se trouvent grâce à nous… c’est dans le frottement de la langue française à toutes les langues du monde, et l’interstice qu’il crée, que surgiront les nouvelles singularités.

MF fonctionnera comme exhortation et décantage d’une francophonie singulière, que personne n’avait prévue jusqu’alors… sa fabrique, ce sera aussi bien nos auteurs que nos lecteurs, qui s’engageront dans le dialogue illimité d’une interactivité prodigieuse et première… non euphorie qui finit en déliquescence, mais jubilation et disposition : nous entendons que tout ceci soit écrit.

 

Ollivier Dyens, directeur artistique : – MF doit être une revue consacrée, tant dans son fond que dans sa forme, aux transformations que subissent les langues écrites et orales en ce début de millénaire. Plus particulièrement, MF devrait être une géographie cognitive où peuvent se rencontrer, cohabiter et s’enchevêtrer les innombrables formes et fonds des langues francophones d’aujourd’hui. Ainsi, je verrais MF comme lieu où universitaires et « verlantistes » se rencontrent et échangent ; où tant la francophonie intellectuelle qu’artistique se déploient ; où linguistes, poètes et rappeurs peuvent collaborer et s’enrichir mutuellement. Il y a, je crois, un profond et dangereux schisme en train de se créer entre une francophonie « classique » (livresque, littéraire, syntaxique et de gauche) et une francophonie anglophile, ludique, mouvante et néo-libérale. Je vois MF comme un espace de chevauchement de ces deux francophonies, une virtualité qui permettrait de réfléchir aux nouvelles formes de la francophonie, qui permettrait de les comprendre, de les utiliser, d’en faire les outils de toute la gamme des expressions et productions humaines, tant académiques, qu’artistiques que politiques.

Michel Herland, membre du comité de rédaction :Une langue en partage. Le français et tout ce que cela implique comme références communes en matière historique, littéraire, etc., et, par delà la culture stricto sensu, des réactions souvent similaires (en dépit des idiosyncrasies nationales ou autres) face aux grands problèmes auxquels l’humanité se trouve confrontée : développement économique, mondialisation, pouvoir, justice sociale, etc.

Un carrefour. Où se croisent des idées, des créations, des projets de toute sorte, tous ceux qui peuvent circuler sur la toile. Un lieu d’échange, de découverte, de dialogue, voire de confrontation… tant qu’elle reste encadrée par le modérateur.

De ce fait : Un banc d’essai pour des idées nouvelles, des formes nouvelles qui peinent à émerger par les canaux de diffusion traditionnels. En contrepartie, les créations intellectuelles ou artistiques de caractère nettement expérimental n’ont pas vocation à être toutes conservées dans la mémoire de MF. L’audience en décidera.

Une revue à vocation encyclopédique. Des sujets sont lancés successivement. Ils donnent lieu à des contributions spontanées ou sollicitées par les éditeurs. Des réactions s’ensuivent qui amendent ou complètent les contributions initiales. Il est vraisemblable que l’apparition d’un nouveau thème créera un engouement autour de lui mais les sujets antérieurs ne disparaîtront pas pour autant. Certains pourront sommeiller, d’autres reprendre une vigueur nouvelle à l’occasion de tel ou événement de l’actualité. En tout état de cause, une question soulevée dans MF ne sera jamais close et la réponse se perfectionnera au fur et à mesure des apports successifs des lecteurs-rédacteurs.

Une exigence de qualité. Ici le rôle des éditeurs est essentiel. MF n’a pas vocation à servir d’exutoire pour des graphomanes ou artistes dépourvus du moindre talent, des intellectuels approximatifs, des monomaniaques enfermés dans leur délire. MF n’est certes pas réservé aux professionnels de l’écriture ou de l’art : il est ouvert aux vents du large. Mais il n’est pas pour autant ouvert aux quatre vents !

Bernard Cerquiglini, membre du comité d’honneur : – La création d’une revue électronique d’expression et de création francophones me paraît plus opportune encore depuis que, citoyen français, je réside aux États-Unis, et précisément en Louisiane.

Elle traduit ce qui m’apparaît comme un impératif de francophonie.

La mondialisation est cruelle aux solitaires. L’on ne saurait cependant y répondre par quelque « réveil des nations », dont on n’ignore pas en quel cauchemar il peut se changer ; l’heure est aux appartenances, aux solidarités culturelles, aux projets. On prête à Jean Monnet, l’un des pères de l’Union européenne, ce regret : « Si c’était à refaire, je commencerais par la culture » ; les Français et les Néerlandais viennent de lui donner raison, qu’ont effarouchés les complexes dispositions d’une machinerie institutionnelle coupée des peuples.

La Francophonie est avec souplesse une appartenance (le partage d’une langue dans le respect de sa diversité), un réseau (y adhèrent, chacun dans son ordre, des États, des professions, des individus), ainsi qu’un foyer mondial de cultures. Il importe d’accroître son rayonnement, de seconder sa vocation fédératrice, mais aussi de conforter l’adhésion des peuples à son message.

MF jouera un rôle majeur et significatif dans ce dessein. Conçue dans la Francophonie nord-américaine elle s’adresse au monde ; hypertextuelle elle confronte sans hiérarchie les idées et leurs expressions, multimédia elle rapproche les créations artistiques, interactive elle est l’affaire de tous. Cette revue montre que la Francophonie doit s’investir avec vigueur dans l’Internet : elle y trouve, outre un moyen d’expression libre et puissant, le reflet de son ambition (former un réseau culturel souple et mondial), l’image même en somme de sa modernité. La Francophonie est pour moi un impératif moderne.