Auteur: Àlain Farah

Àlain Farah poursuit des études doctorales en lettres modernes. Cofondateur de la revue C’est selon, il est l’auteur de Quelque chose se détache du port (Le Quartanier, 2004).

Une nouvelle poésie québécoise

 

 Depuis quelque temps, une meute de moutons noirs (est-ce que ça se peut?) s’implante petit à petit dans le champ poétique québécois. Je dis « moutons » mais il sera plus exact de se servir du lexique porcin, car c’est notamment à l’enseigne d’un Quartanier (http://www.lequartanier.com) que ces écrivains publient leurs livres, productions, je le précise, qu’il ne faut pas fédérer à outrance tant elles déploient nombre de tonalités, de méthodes, d’ambitions. Une chose apparaît toutefois suffisamment probante pour faire office de dénominateur commun : ces auteurs se méfient des poncifs (hélas souvent justifiés…) qui collent à la poésie québécoise. À des années-lumière du chant national, allergiques à l’intimisme ringard, prudents à l’égard des machineries formalistes, ils développent des énonciations singulières, propres à l’époque, s’objectant du coup au ronron ambiant d’un coin de pays où la critique inquiète. Ce choix de textes, forcément partiel, sert avant tout à le signaler.

 Àlain Farah

Envoyez Envoyez