Auteur: Antoine Constantin Caille

Jeunesse à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant invité dans les départements de langues modernes à Georgia Tech puis à William & Mary. En ce moment, enseignant de philosophie et lettres modernes au Lycée Al Jabr de Casablanca. Malencontreux auteur de quelques articles et poèmes par-ci par-là. https://independent.academia.edu/AntoineConstantinCaille

Des galaxies et du besoin d’être interné(e)

 Ballade

je délivre
ma parole
la vie
sur
ordonnance
ensevelissement
du drame

envoyez-moi
du monde
en support
du monde
insupportable

un épouvantable
épouvantail
essaie de se faire
pardonner
sa méchanceté
par une
bonté
d’apparat
je ne te laisserai pas
entrer dans mes songes
en songeant à
ce que tu m’as fait
subir

comme je suis une espèce
de demeuré
je n’ai pas compris le sens
de ton message
et je suis demeuré
incapable
de ne plus y penser

ça me fait
du bien
de parler à quelqu’un(e)
qui est
plein(e)
de gen-tillesse

j’entends
leur
j’étends
je laisse agir
dans leur secteur d’
activité

à force de descendre
on se retrouve au sommet
de la page

avoir à
lire
c’est passionnant
c’est redoutable

anecdote :
mon grand-père maternel
n’aimait pas la
bière
parce que le mot
lui rappelait
sa mort

j’attends j’entends
je reflète les reflets du soleil sur l’eau

mater ma Terre
ma territorialité
depuis ma télévision en spirale
ma terrible insomnie
en somme j’aimerais
reprendre ma vie
sur d’autres bases
d’où l’écriture sur un cahier
qui s’attache à moi
à proximité
la nature extérieure et en moi
renaît

internet
devrait-il se faire interné ?
je vois la toile comme
une toile
de toiles
sans centre et sans frontières
en expansion
totale
depuis tous les points et malgré
les nœuds
comme un ciel plein d’étoiles
dont certaines sont
des galaxies

bonne route pour toi
d’écueil en écueil
d’enfer en enfer
je fais du vélo tout seul
en prenant garde de rester
dans le périmètre imposé
d’1 km

s’en tenir
ascètes
consigne
obligation
insigne

ne seriez-vous pas l’obscurité
nouvelle ?
l’obscurité
est-elle ponctuelle ?
temporelle au sens où nous verrions
encore le jour
dans l’alternance
de la nuit et du jour
comme une
bonne nouvelle ?

j’entonne le refrain
de la terminaison
pour l’éternité
du frein actuel

 

Envoyez Envoyez