Docteur en sociologie, Lucien-Samir Oulahbib est chargé de cours à Lyon 3 et Paris X, et habilité à diriger des recherches en sciences politiques.

Grande Mosquée sur Ground Zero : Obama se trompe

C’est une très mauvaise idée en réalité puisqu’il sera possible de dire que sans le 11 septembre il n’y aurait jamais eu ce centre, tenu certes par un modéré, du moins paraît-il, un soufi, tendance ultra-minoritaire en Islam cependant et souvent pourchassé par les autres sectes musulmanes. Certains, et parce que le soufisme semble être compatible avec la perception eurocentriste de l’islam, voudraient néanmoins encourager cette tendance dont le rédacteur en chef de Newsweek Fareed Zakaria.

Pourquoi pas ? Mais pas au détriment préalable d’une clarification entre islam et islamisme qui n’existe que dans les têtes occidentales projetant encore une fois leur propre vision de la “paix” qui, en islam, ne peut être qu’une paix “musulmane” c’est-à-dire la Sharia. Dans ces strictes conditions, le débat, relancé également par Obama récemment, ne consiste pas à dire que l’islam ce n’est pas Ben Laden et donc il faudrait promouvoir le “vrai” islam puisque c’est précisément le contraire qu’il s’agit d’observer : Ben Laden c’est lui le vrai islam, fidèle aux principes hobbesiens d’extension et de domination de tout corps constitué et désirant persévérer dans son être, ce qui est humain.

Ainsi, et si l’on en croit le Point.fr, de plus en plus de gens sont attaqués durant le ramadan en France, ce qui est tout à fait normal selon ces mêmes principes.

Or, les musulmans qui ne seraient pas d’accord avec cette perception absolue, et qui donc admettraient que la paix ce n’est pas seulement la leur, mais aussi le partage de valeurs communes avec d’autres civilisations, doivent dans ce cas montrer non pas dans le Coran mais dans les faits en quoi leur islam diffère du sien à Ben Laden. Car dans tous les pays musulmans l’islam y est pratiquement celui de Ben Laden, et dans ces pays, la paix n’est pas fameuse… En fait Ben Laden voudrait aller plus loin encore dans l’application intégrale de l’islam, il y a une différence de degré pas de nature, c’est tout.

Obama devrait plutôt expliquer que si certains musulmans sont en désaccord avec Ben Laden c’est bien parce qu’ils ont intégré certaines valeurs universelles découvertes en Europe et qui aujourd’hui se répandent comme autant de techniques mentales de vie et d’organisation sociale, à la façon de l’électricité, internet, le moteur à explosion.

Dans ces conditions il n’y a aucune raison que ces musulmans poursuivent la même voie que Ben Laden concernant la place des femmes, le voile, le hallal, voire même l’alcool et le porc, pourquoi pas ? Les juifs ont fait d’ailleurs ce pas: on peut être juif et manger du porc, mais il est vrai que être juif c’est avant tout être membre d’un peuple plus que d’une ethnie, ce qui diffère des musulmans, contrairement à ce qu’avancent certains croyant que l’islam est une race, ce qui est un mensonge éhonté, à moins que cela soit une race métaphysique, et l’on tombe dans la politique, avec une ressemblance nette avec le nazisme qui lui aussi se considérait comme une idéologie de la race.

Mais comme l’islam n’est pas une race, les musulmans ont donc tout le loisir d’inventer l’islam de leur temps sans pour autant se référer à des pratiques qui correspondent justement à l’islam de Ben Laden. Car si l’on veut prouver que l’islam diffère vraiment de celui de Ben Laden, c’est simple, il suffit d’abandonner tous les préceptes qui le rappellent. Si ce n’est pas le cas, on peut avoir des doutes sur la différence supposée radicale entre l’islam de Ben Laden et l’autre islam. Comme on avait déjà des doutes sur l’islam soviétique ou maoïste ou l’autre communisme qu’un Badiou ou un Besancenot prétendent encore trouver sous un fer à cheval. En tout cas l’islam qui différerait radicalement avec celui de Ben Laden n’est pas encore né, cela se saurait.

Il suffit de se demander comment vivent les gens sous domination musulmane même modérée hormis deux à trois pays : pas ou peu de cinéma, pas de théâtre, de concerts, de danse, pas de mixité également dans les rares lieux qui existent encore ; ne parlons pas des musées, bibliothèques, librairies etc… Et là, il s’agit de pays non encore benladenisés c’est-à-dire ne vivant pas encore sous le “vrai” islam…

Pour marquer votre inquiétude, vous pouvez l’indiquer en joignant les rasssemblements prévus le 4 septembre pour défendre l’idée d’une République démocratique et laïque : 

http://cjoint.com/data/iykfkSXjIp_double-recto-verso.pdf

Envoyez Envoyez