Jacques Henric est né à Paris en 1938. Enseignant de 1960 à 1985, il collabore dans les années soixante aux Lettres Françaises, hebdomadaire culturel dirigé par Louis Aragon. Il publie ses premiers romans dans la collection Tel Quel. Il appartient depuis 1971 au comité de direction de la revue Art Press.

Carole Boulbès: “Picabia avec Nietzsche”

Carole Boulbès Picabia avec Nietzsche Lettres d’amour à Suzanne Romain (1944-1948)

Si, écrivains-mâles, mes frères, plus de la première jeunesse, vous avez à séduire une jeune femme de moyenne culture, je vous livre la recette mise au point par Francis Picabia. Comment épater l’élue par votre savoir? Choisissez de grands textes du passé et recopiez, éventuellement en modifiant ici et là, voire en inversant leur sens, et envoyez en guise de lettres les passages prélevés sans indication d’origine. Épicez le tout, à la fin de votre missive, par quelques déclarations d’amour bien senties. La destinataire, impressionnée par ces écrits de haute tenue philosophique, mord à l’hameçon, ferrez. Je résume, caricaturalement, ce que nous apprend Carole Boulbès, spécialiste pointue de l’œuvre de Picabia. On sait quel dandy séducteur était Picabia. Homme à femmes, mais, ou  plutôt donc, grand artiste. En 1940, Picabia qui a soixante-cinq ans, rencontre une jolie jeune femme, mariée, bourgeoise, dont il tombe  amoureux (à peine venait-il lui-même de se marier). Elle s’appelle Suzanne Romain. En 1993, celle qui céda aux avances de son célèbre prétendant, mais sans obéir au désir de celui-ci de la voir quitter son mari, confie à Carole Boulbès les lettres reçues de son amant. Surprise de Carole Boulbès qui, elle, est une femme de grande culture : des passages entiers des lettres lui semblent être du pur Nietzsche. Et de se lancer aussitôt dans un travail de bénédictine : relire le Gai Savoir, Ecce homo…, et repérer les emprunts. Le résultat est époustouflant. Picabia plagiaire ? comme il le fut en peinture ? Exactement. Mais plagiaire qui réécrit, détourne, transgresse. L’humour, comme toujours avec lui, au poste de commande. Confirmation de cette correspondance, s’il en était besoin : Picabia reste bien l’artiste le plus singulier des révolutions Dada et surréalistes.

Envoyez Envoyez