Auteur: Khalid El Morabethi

Khalid El Morabethi vit, étudie, écrit et cultive son jardin au Maroc à Oujda.

Textes

C’est une carapace. Désormais et systématiquement, je mange pour m’intégrer. Pour que ce soit possible. Pour avoir le droit de marcher dans la foule. Pour que je circule normalement et poliment parmi les gens.

Et désormais et systématiquement, je pense, mais il y a une autre existence et ça se forme comme un trou, qui se met en face de moi et qui me parle lentement, qui articule et qui n’a pas le même tentacule au-dessus de la tête et au-dessous du cerveau.

Donc et désormais et systématiquement, je prends la logique au second degré. Le tentacule fait tout ce qu’il veut et il met la réalité dans une boite des c’est-à-dire.

Voilà et désormais et systématiquement, je prends la logique avec de l’eau salée. Le tentacule coud mes pulls et à partir de là et cela permet d’oxygéner plus efficacement ses cellules.

C’est supposé être drôle et désormais et systématiquement, ce n’est pas n’importe quel passage. Ce n’est pas n’importe quel sentiment. Ce n’est pas n’importe quel organe. Ce n’est pas n’importe quels mouvements des mains. Ce n’est pas n’importe quel mutant. Ce n’est pas n’importe quel regard. Il faut que tu crèves les yeux pour que tu me voies. Pour que tu voies. Pour que tu le voies.

L’immensité de. Et désormais et systématiquement, c’est très difficile d’expliquer. Si je continue, je vais me fâcher avec. Si ce n’est pas possible. Si ça n’évolue pas. C’est le but. C’est gagné.

C’est une clef. Et désormais et systématiquement, c’est au fond de l’attitude absurde à l’égard de la carapace tout court.

 

°                      °

°

 

C’est dans l’exercice, le muscle. Le rôle de T, c’est de montrer. Il achète bio maintenant. Il fait attention maintenant. Il a la demi-finale. Il tire toujours de sa bouche une vérité ou la langue en question. C’est la nature ou juste pour attirer l’attention.

L’exercice, c’est d’entrer dans les vues. Faire sauter la cervelle. C’est une habitude ou un plan qui s’exécute par hasard. Et c’est bien. T comprend comment ça marche, mais il a toujours besoin d’un outil organique. Il mange bio maintenant. Il fait très attention maintenant. Il a la demi-finale. Et c’est très important. C’est moi la solution la plus simple.

C’est dans la demi-finale, le muscle. Les yeux de T ne regardent pas du tout dans le vide. Et sa voix ou plutôt la voix est une distraction. Si l’adversaire ne fait pas attention, alors ça sera facile pour nous.

 

°                      °

°

 

C’est comme si je rédige une lettre de motivation. Prendre les os. Prendre la machine à coudre, je ne comprends toujours pas comment ça fonctionne. Un jour, ça sera moi la solution la plus simple, un jour, je vais me réveiller et je vais savoir comment ça fonctionne sans lire le manuel d’utilisation. Mais pour le moment, je suis sur le dos. Mais pour le moment, je me concentre. Mais pour le moment, j’ouvre l’œil de derrière la deuxième tête, je ne sais pas encore comment ça fonctionne. Un jour, ça sera moi la solution la plus simple, un jour, je vais me réveiller et je vais savoir tout simplement. Mais pour le moment, je mesure. Mais pour le moment, je suis dans la mesure de. Mais pour le moment, je découvre ma réaction. Mais pour le moment, ma mâchoire, je ne sais pas encore comment ça fonctionne. Un jour, ça sera moi la solution la plus simple, un jour, je vais me réveiller et je vais savoir comment j’ai pu ouvrir en grand la bouche et tout avaler d’un seul coup. Mais pour le moment, je rédige une lettre de motivation, je me concentre, c’est sérieux.

 

°                      °

°

 

Ma machine à laver marche bien. Et donc la paix intérieure. Je ne ferais pas de mal à une mouche. Et donc la paix intérieure. Mais je peux prendre dix minutes de mon temps pour la regarder souffrir. Donc la paix intérieure.

Et transporter. Transpercer. Je mange avec la tête. Et la cuillère existe. Ou pas. J’ai des papillons dans la tête. C’est vrai que je ne suis pas très beau. Et que je danse comme un pied. Et que je suis toujours très occupé. Ou pas. Et que je suis fou. Ou pas. Et que je vais avoir une idée. Ou pas.

Je suis en mouton dans mon bain. Il avait mangé tout le monde et puis. Tout se passe dans une cuisine d’un inconnu et l’assiette est à l’intérieur d’un petit détail qui respire excessivement derrière un grand détail qui respire excessivement au-dessus des cornes du détail.

On joue. On est d’accord sur un point me dit-il.  Bref. Ils vont faire un reportage sur. Je n’ai jamais cessé de. De façon confuse. Simple. En parlant d’un. Un vocabulaire qui fixe ce qui se passe dans le.  Le labyrinthe. Là. Dans la. La tête. Dans le. Le pion.

 

°                      °

°

 

 

GA réfléchit quelque seconde. Donc, le mal n’est pas juste et quand je fais du bien, je suis injuste. Les dents d’un autre. Un caillot d’une petite planète dans l’oreille. L’articulation dans la mâchoire. La violence. Les dents d’un fort, la bouche d’un faible. Et je fais semblant de manger. Comme par hasard.  Mon estomac est lié à une nature, à une logique constituée. Je marche dans la forêt. Je suis lié à des pas puissants et à la vie. Ma nature est liée à une ficelle. Elle a vécu dans le cerveau depuis des millénaires. Les planètes tournent, comme par hasard. Comme le soleil. Prendre un objet dans le bras et marcher. Dans la forêt drôle. Je vais disparaitre dans la cuisine. Je serai silencieux. Je serai ravie. L’univers s’habituera à mon odeur.

 

°                      °

°

 

En fait, c’est ça la vérité. Il était toujours là. Son sourire. Son regard. Sa voix grave. Son ce n’est pas grave. Il était contre ma naissance, mais pour ma survie. Je suis contre sa création, mais j’ai besoin de lui.

La vie est belle et la haine comme remède. C’est lui qui parle. Parfois ça se prend avec du café. Parfois, l’assiette est vide et ça se prend avec du café.

Je connais ma voix. Mon expiration est normale sauf cette trempette.

Parfois, je me demande si avant j’étais dans le ventre de la haine et ce n’est pas une personnification.

Je connais ma voix. Ma respiration est normale sauf ce son qui sort à la fin.

Idiot. Je connais mon plat idiopathique. Je mange, mange mort normalement et les fleurs poussent sur mes poumons accompagnées d’une sauce à l’orange sanguine et aux raisins.

Tuer qui ? C’est moi qui parle. Suis-je en train d’imiter mes gestes et apprendre ? Suis-je en train d’imiter mes gestes et apprendre à parler ? Suis-je en train d’imiter ses applaudissements et apprendre à comprendre que c’est intéressant.

C’est lui qui parle. Idiot. Je mange normalement. Je mange lentement.

Tu es fou . Tu hésites à comprendre. Tu as le choix . Tu enfonces quelques branches et tu t’approches.

J’ai un œil au milieu de son triangle ou en forme de mon triangle quand je zoome dans la gorge. Je n’ai pas de bouche, mais c’est la vie.

La vie est belle. Un jour, tu vas dire «puisque je sais la vérité» C’est lui qui parle. Et un jour, tu vas dire « qu’est-ce que cela signifie ? » et un jour, tu vas dire « j’ai une tête de cheval, j’improvise ».

En réalité, ce qu’il va m’offrir est un grand projet.

C’est nouveau et possible. Tu vois. Je vois. Oui. Ça se prend avec du café et parfois l’assiette est vide.

Le projet. C’est lui qui parle. Le ciel dans les yeux et parfois l’assiette est vide.

 

°                      °

°

 

Muscle, je tourne mes yeux dans ma tête et je vois un muscle, je vois un cœur dedans le muscle, je vois une route familière et un animal autre que moi, je vois ce qui couche en moi. Muscle, je tourne une idée dans ma tête et je vois des veines grise dans le sous-bois, assises, bavardes et qui attendaient l’intraveineuse, muscle, mon muscle, les nerfs, l’origine de la peste, l’origine d’un sentiment drôle, l’origine de la répétition, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, je trouve des vêtements et, dedans, je vois la lumière qui entre dans le mur de la cuisine. Muscle, mon muscle, les nerfs, muscle, il me parle, il me chuchote à l’oreille, il me fait la musique à l’oreille, il plante une graine dans mon oreille, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, ce n’est pas du néant et ce n’est pas non plus le silence, c’est de la trompette, muscle, ma langue est lourde, les nerfs, la trompette, l’origine de la peste, l’origine de la sécheresse, l’origine de ma première prononciation du mot « muscle », ma langue est lourde, je vois mes jambes, je sens la poussière et les nuages dans ma gorge, je sens la boue et les plumes d’oiseau dans ma gorge, je sens ma violence et les branches sèches dans ma gorge, je sens ces phrases, ses phrases dans ma gorge, muscle, je sens chaque criminel de moi, chaque battement de mon cœur quand le mot « muscle » sort de ma bouche. Muscle, je ne vois pas avec mes yeux, ils me font mal, mes yeux tournent dans ma tête, la méduse m’incite à tourner à gauche à l’entrée d’un cerveau blanc, tremblant, pour voir une colline qui s’élève à environ quelques mètres au-dessous d’une pensée disloquée … Muscle, je vois ce qui couche en moi, il se coupe, il se couche, il touche la graine au milieu du cerveau blanc, mes yeux tournent dans ma tête et je vois ce qui se forme, une queue, des ailes, des muscles, des os, dragon, je suis un dragon, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, nu, le visage qui mue, muscle, je porte le muscle, je porte le dragon dans mon ventre, ma tête ressemble à un dragon, dans le miroir je vois un dragon, muscle du dragon, muscle, le dragon, je le vois prendre ma main pour écrire, je ne vois pas avec mes yeux, ce ne sont pas mes battements, je ne sens plus mes jambes mais je les vois, je vois ce qui couche en moi, il a une belle voix si proche à mon ouïe, il a une belle voix, je ne sens presque plus ma gorge, c’est la gorge du dragon, mes poumons me font mal, mes poumons reçoivent l’air du dragon, muscle, je tourne mes yeux dans ma tête, le regard du dragon trouve dans mon corps un refuge, grand dragon qui porte mon simple muscle, l’origine du cœur, l’origine de la peste, l’origine de l’oxygène, je vois un muscle, je vois un cœur dedans le muscle, je vois une route familière, je vois ce qui couche en moi, dragon, dragon, muscle, le dragon couche en moi, me chuchote à l’oreille, muscle, dragon me chante à l’oreille …

 

 

 

Envoyez Envoyez