Auteur: Lucien-Samir Oulahbib

Docteur en sociologie, Lucien-Samir Oulahbib est chargé de cours à Lyon 3 et Paris X, et habilité à diriger des recherches en sciences politiques.

La France des élites en pleine implosion…

Preuve qu’Alain Juppé ne sera sans doute pas la planche de salut espérée, malgré un article dithyrambique d’Alain Duhamel sur son duo éditorial avec Michel Rocard ? Sa dernière déclaration sur la Libye :

“Faut-il préparer une intervention militaire [en Libye] ? Nous ne le pensons pas dans le contexte actuel”, a déclaré à l’Assemblée nationale le chef de la diplomatie française, Alain Juppé. “Il est probable qu’elle pourrait ressouder contre le nord de la Méditerranée les opinions publiques et les peuples arabes”, a-t-il estimé. Les opposants de Kadhafi ont, eux voté en faveur de l’intervention. (L’Express, publié le 02/03/2011 à 19:30).

En quoi un bombardement ciblé pourrait “ressouder” assassins et peuples ? En foulant de leurs pieds ensanglantés les milliers et milliers de victimes désormais repérables également dans les chambres à tortures ? Ce serait un scoop, et c’est visiblement toujours ne rien comprendre à ce qui se passe là-bas… Alain Juppé se croit encore à l’époque des espérances totalitaires et du relativisme anti-démocratique triomphant. Même “là-bas” personne ne croit plus en nos post-communistes néodémocrates et post-laïques qui défendent encore ces idées. Alain Juppé devrait cesser de demander conseil à un Hubert Védrine dont la compétence s’arrête à ses vociférations contre les USA et Israël, ce qui n’est guère original, surtout dans la région ; heureusement que sur la question du bilan des années précédentes le silence se fissure, il suffirait d’ailleurs d’interroger des Kurdes et des chiites non inféodés en Irak pour s’en rendre compte, (Robert Ménard pourrait s’y atteler).

De son côté Le Point observe :

“À Benghazi, capitale de la Cyrénaïque et fief du mouvement insurrectionnel, le Conseil national libyen (CNL) de trente membres mis en place dimanche a placé à sa tête l’ancien ministre de la Justice Moustafa Abdeldjeïl et a demandé aux Nations unies d’envoyer des avions “attaquer les bastions des mercenaires africains” que Kadhafi utiliserait contre son propre peuple. Le Conseil s’est toutefois déclaré opposé à une intervention de forces terrestres étrangères sur le sol libyen et s’est dit prêt à envoyer des hommes dans l’ouest pour contraindre Kadhafi à abandonner un pouvoir qu’il détient depuis 41 ans. Un porte-parole du CNL, Hafiz Ghoga, a également évoqué l’envoi de renforts à Kadhafi par le Niger, le Mali et le Kenya, et a aussi parlé du “rôle” de l’Algérie”.

Il serait préférable d’acquiescer aux demandes des révoltés eux-mêmes…Kadhafi, lui, n’a pas ces états d’âmes…Et il semble particulièrement “indigné” sur les dernières vidéos…

Pendant ce temps, en France, le débat tourne autour des petites phrases à l’emporte-pièce deMarine Le Pen sur ladite nécessité de renvoyer au large les embarcations illégales d’immigrants libyens, ce qui va à l’encontre des lois d’entre-aide (non assistance à personne en danger), alors qu’il aurait mieux valu distinguer les deux problèmes : effets pervers des solidarités sociales incarnées par l’AME -aide médicale de l’Etat- et réfugiés, surtout lorsqu’ils viennent d’Etats soutenus par la France, ou plutôt son étatisme, ce qui a entravé leur développement… Tandis que les phrases de Fillon sur la laïcité reviennent purement et simplement à forcer les personnes nées musulmans à le rester, et donc de continuer à croire en des propos qui discriminent les femmes les juifs et les chrétiens; mais qui ne tombent pas sous les coups de boutoir de la justice made in MRAP et SOS racisme parce que ces propos ont un vernis religieux ; passons ? Non : car expliquer que tous ceux qui prient dans les rues le font par manque de places est un mensonge aussi gros que celui de Stéphane Hessel lorsqu’il explique que les réfugiés palestiniens étaient ” trois millions” en 1948 (p.8) alors que même leurs plus chauds partisans parlent eux plutôt de 730 000, sans oublier le fait que les Juifs ne voulaient pas de leur départ pas plus qu’ils ne voulaient partir d’Egypte, d’Irak, de Syrie, d’Algérie… Passons encore ?… Non plus. Bien au contraire…

 

http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-r-68451964.html

 

Envoyez Envoyez