Editeur: Lise Gauvin

Lise Gauvin est écrivaine, critique littéraire et professeure émérite à l’Université de Montréal. Elle a publié des ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones, parmi lesquels L’écrivain francophone à la croisée des langues (Karthala, 1997 et 2006, prix France-Québec), Langagement. L’écrivain et la langue au Québec (Boréal, 2000), Écrire, pour qui? L’Écrivain francophone et ses publics. (Karthala, 2007). Elle a aussi dirigé des ouvrages collectifs sur Les littératures de langue française à l’heure de la mondialisation ainsi que sur Les métropoles culturelles dans l’espace francophone (Hurtubise, 2010 et 2011). Ont également paru en 2010 une suite d’ Entretiens avec Édouard Glissant , sous le titre L’Imaginaire des langues (Gallimard) . À l’automne 2012, elle a publié un ouvrage intitulé Aventuriers et sédentaires. Parcours du roman québécois ( Honoré Champion). Également un collectif, Émile Ollivier : un destin exemplaire (Mémoire d’encrier). Son essai intitulé La Fabrique de la langue. De François Rabelais à Réjean Ducharme (Seuil, « Points-essais », 2004 et 2011) a reçu une Mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français. Dans le domaine de la fiction, elle a fait paraître un essai –fiction , Lettres d’une autre ou Comment peut-on être québécois (e) (TYPO, 1987 et 2007), des recueils de nouvelles, Fugitives (Boréal, 1992), Arrêts sur image (L’Instant même, 2003), des récits, À une enfant d’un autre siècle, Un automne à Paris (Leméac, 1997 et 2005) et un court roman, Quelques jours cet été-là (Punctum, 2007).Elle collabore au journal le Devoir à titre de responsable de la chronique des « Lettres francophones ». Membre de la Société royale du Canada, elle a été Présidente de l’Académie des lettres du Québec en 2008 et 2009.
Constructions de la modernité au Québec

Michaud (Ginette) et Nardout-Lafarge (Élisabeth) (dir.), Constructions de la modernité au Québec. Actes du colloque tenu à Montréal les 6, 7 et 8 novembre 2003, Québec, Lanctôt, 2004, 23 x 15, 380 p., ISBN 2-89485-305-X. Lire plus »

UNE NOUVELLE-FEUILLETON INÉDITE DE MAX PAITCH : « LE PÉNISATOR » (Sommaire)

Qu’est-ce qu’un homme dont le pénis est artificiel, contrôlé par des systèmes d’opération, dépendant de logiciels et de batteries, soumis à des bogues divers ? Est-il toujours un homme ? Est-il devenu plus homme, moins homme ? N’est-il plus, soudain, qu’une image ? Lire plus »

“Le Pénisator” 1

"…par-dessus tout, Rosario, comme ces milliards d’hommes, de sangsue, d’orangs-outangs, de morues, d’écrevisses et de choses gluantes et visqueuses qui traînent dans le pus, aime les femmes…" Lire plus »

“Le Pénisator” 2

"…comme si nous étions dans un film de science-fiction en train de sauver la planète d’une attaque terrifiante de centaines de vierges musulmanes chevauchant leurs terroristes bien-aimés." Lire plus »

“Le Pénisator” 3

"Mais ne la voici pas qui se retourne, se dirige alors vers un tiroir à sa droite, l’ouvre, et en tire quelque chose de long et d’acéré, emballé sous vide dans un plastique serré (ce qui est toujours de mauvais augure chez le docteur)." Lire plus »

“Le Pénisator” 4

"Mais regardez-le, bon sang ! Ah misère, quelle tristesse, voyez ces yeux rouges, ce visage marqué par la fatigue et le stress, ces cheveux ébouriffés, cette haleine pestilentielle..." Lire plus »

“Le Pénisator” 5

"Ils s’enlacent (pendant que le vent passe dans les rideaux comme d’habitude). Puis, au bout de quelques instants, la fille sursaute et sort du lit énervée : ‘qu’est-ce que ce truc ?’ crie-t-elle." Lire plus »

“Le Pénisator” 6

"Bref, cette première utilisation du T-2000 n’étant pas forcément la plus réussie, Rosario est profondément déprimé. Qui a besoin d’une machine pour ne pas être capable de bander se demande-t-il alors." Lire plus »

“Le Pénisator” 7

— 2e médecin : VOTRE T-2000 A ÉTÉ INFECTÉ PAR UN VIRUS !! — Un virus ? Mais comment est-ce que c’est… — 1er médecin : Un virus informatique ! Lire plus »

“Le Pénisator” 8

"Mais oui, confirme son cerveau, chaque fois que Rosario bouge les hanches, son sexe bouge aussi, comme s’il n’était pas attaché au corps." Lire plus »