Philippe Lançon : Le lambeau

dimanche 13 mai 2018 par Jacques Henric

  Philippe Lançon Le lambeau Gallimard   C’est une expérience étrange qu’un lecteur, professionnel ou non, peut être amené à vivre. Il est entouré de livres, des bons, de moins bons, mais aussi de très bons. Et soudain, l’existence d’un seul livre, pas nécessairement paru avec une étiquette le désignant comme appartenant à l’ « espace littéraire », […] Lire plus »

Remplissez les blancs

Ce n’était plus tenable. La « droite » littéraire régnait sans partage dans les médias. Fallait passer à l’action. Une dynamique équipe de jeunes femmes, sous la direction de Raphaël Gluksmann (oui, le fils d’André), appuyée par une ligne d’attaquants mâles prêtant main forte à ces battantes dans le noble et héroïque combat contre le patriarcat et ses suppôts, les milliers de mammifères domestiques et omnivores dits porcs, a pris en main l’ancien Magazine littéraire pour en faire Le nouveau Magazine littéraire. Son mot d’ordre, inévitablement repris de nos bons amis américains : #WeeToo. Il était temps ! annonce une rageuse universitaire auteur d’un Manifeste d’auto-défense féminine. Temps qu’on voie enfin ce qu’était une vraie conception de gauche de la littérature, de la vraie littérature, d’une vraie gauche.

On a vu. Et on n’est pas déçus, même si dans une premier temps, avant d’en rire, on sort quelque peu hébétés de cette relecture de gauche, faite au pas de charge, de la littérature universelle, par une enseignante-chercheuse. Il y avait des « blancs »  qui en disaient « long » dans cette histoire. L’enseignante a cherché, a trouvé, et a rempli les « blancs ». On ne pouvait rien comprendre, selon cette enquêteuse d’une brigade néo-g féministe au destin de toutes les grandes figures féminines de la littérature si ne savait pas que toutes avaient été violées. Non, pas seulement la Carmen de Mérimée-Bizet, mais la terrible Médée, brave épouse et mère en fait parce que violée dans son enfance, et la gamine Nausicaa, 15 ans, violée à coup sûr par Ulysse, et Mélisande, et la Manon, et Célimène, et la Traviata, vous ne lui ferez pas croire à la rimbaldienne chercheuse de poux dans la sombre tignasse de la littérature, qu’elles ne sont pas toutes tombées sur les infâmes porcs de leur temps, les José, Jason, Golaud, des Grieux, Alceste… des porcs, encore des porcs ! comme elle dit la remplisseuse de blancs à la fin de son réquisitoire : « je lance avec elle ce solennel appel : #balance-tonporcdanslafiction ». Où l’on voit que la pensée de gauche a fait un pas de géant dans le domaine de la littérature. Mais qu’elle est encore timide, comment cette bien-nommée Sophie Rabeau n’a-t-elle pas vu que Cosette, aussi, et la Duchesse de Langeais, Mona Lisa (ce sourire triste), Jeanne d’Arc (avec ces soudards autour d’elle), la Vénus de Milo (plus de bras : bizarre, non ?), la Belle-au-bois-Dormant (n’a rien senti mais…) et Marie elle-même, mère du Christ (si Joseph pas le géniteur, qui alors ?)… toutes violées évidemment !

 

 

Édito : Porcs, Elie Wiesel, Céline…

Les Républicains

Cécile Guilbert Les Républicains Grasset   Nous y sommes : primaire de la droite, primaire de la gauche, élection présidentielle, débats télés, médias et  réseaux sociaux en ébullition ; la société du spectacle bat son plein. Comment, devant le grand événement de notre vie démocratique qui s’annonce, les citoyens que nous sommes peuvent-ils réagir à la lecture du […]

ÉDITO : Littérature et vérité/Literature and Truth

artpress n°426 ÉDITO Littérature et vérité Le constat, déjà lointain, de Borges sur l’état du roman, est-il toujours d’actualité? « Le roman, écrivait-il, est à bout de course. Je pense que les expériences si audacieuses et si intéressantes que l’on a tentées dans le roman […] nous rapprochent du moment où le roman n’aura plus sa place.» Déjà, avant […]

Par Jacques Henric, , publié le 06/05/2017 | Comments (0)
Dans: Jacques Henric

ÉDITO : Une croisée de l’Empire du Bien /The virtuous crusader

samedi 6 mai 2017 par Jacques Henric

artpress n°444 Une croisée de l’Empire du Bien J’évoquais dans mon précédent édito la scène d’un tribunal où un écrivain, Céline, était confronté à deux procureurs. Une autre scène, de plus vaste dimension – un plateau de télévision –, nous a offert un spectacle similaire, mais avec une inversion des rôles : l’accusé n’est plus un immense écrivain mais […] Lire plus »

Jacques Henric : Boxe

lundi 26 septembre 2016 par Jacques Henric

Jacques Henric : Boxe, Seuil, coll. Fiction & Cie, 228 p., 18 euros. D’où ça part l’existence, d’où ça part l’écriture ? ça part d’un combat, vieux comme le monde, d’une dissonance, d’une sensation de vide, d’une interruption, d’un fondement ou d’une substance qui se perd, d’un blanc, d’un court-circuit de la conscience, d’un handicap et d’un défi, […] Lire plus »

Jacques Henric: «La boxe porte avant tout notre rapport à la mort»

samedi 24 septembre 2016 par Jacques Henric

LITTÉRATURE/ ENTRETIEN Écrivain et essayiste, Jacques Henric, dans son dernier livre, magnifie la boxe. Sa fascination récente pour ce sport sert de fil rouge aux souvenirs et à la réflexion. Partant du premier coup reçu jusqu’à l’histoire souvent tragique de ces sportifs, l’ancien rédacteur des « Lettres françaises », de « Tel quel » et, aujourd’hui,d’« Art Press » médite sur la mort, […] Lire plus »

C’est ça l’amour

           

Par Jacques Henric, , publié le 27/09/2015 | Commentaires (3)
Dans: Jacques Henric

Soumis et insoumis

Soumis et insoumis Hasard des publications ? Deux livres paraissent à quelques mois d’intervalle où il est question de servitude volontaire ? Un roman, Soumission, de Michel Houellebecq (1), avec lequel nous ouvrons la page Livres de ce numéro sous la forme d’un long entretien avec l’auteur ; un essai, De quel amour blessée, Réflexions […]

Par Jacques Henric, , publié le 14/09/2015 | Comments (0)
Dans: Jacques Henric