Auteur: Antoine Constantin Caille

Enfance à Villefranche-sur-Mer. Maîtrises en philosophie et en anglais à l’Université de Nice. Doctorat en études francophones à Lafayette en Louisiane. Professeur assistant dans le département de langues modernes à Georgia Tech. https://gatech.academia.edu/AntoineConstantinCaille

« Si peu sûrs »

si peu sûrs

(car à mesure qu’il se crée s’efface)

 

 

à force

d’anticiper

ses possibles réalisations

je lui avais donné

une vive

indétermination

 

 

 

faire taire

en mon esprit

votre voix

 

pendant

quelques temps

une insistante clarté

bénéficiera

de la nuit

 

 

 

le combat que tu

mènes

me fait reconnaître

pétrification censure déjà-vu

ta force

mais aussi que tu t’es trompé(e)

(de combat)

 

 

La frêle navigation de tes inconsistances fanfreluche le renouveau d’une certitude

 

 

un petit palmier pousse au sommet

d’un grand

renouveau après la maladie

 

 

des jardins ivres

d’abondance

les virevoltements de petits oiseaux

cependant

elles assises par terre entre la station-service et la pharmacie

chacune portant un enfant au creux des jambes

faisant l’aumône

immobilisées

têtes pleines de désespoir

 

temps accordéon pour

chaque endroit marqué

une flèche invisible

retrouve ses perceptions

 

que tu

ne sois plus

contre moi

retourne le couteau

de ma parole

et dit :

n’assourdis pas

les voix ténues

Envoyez Envoyez



nter/script.php?u=phale