Auteur: Michel Lercoulois

Michel Lercoulois enseigne les sciences économiques. Il est poète à ses heures.

Berkeley (40 ans après)

Réminiscence

 

Passe sur Telegraph un clochard divaguant
un serpent s’enroule sur les bras d’une fille
« The Experience » quartier général des Français
ils y refont le monde en buvant du café
Ce monsieur lunetté un béret sur le chef
c’est Bertrand Tavernier qui vient montrer ses films
Mon ami Malcom enseigne le cinéma
et je suis amoureux de sa petite amie
Des demoiselles en fleur et des gaillards barbus
une jeunesse en short qui jonche la pelouse
Pendant qu’un Prix Nobel s’escrime au tableau
un étudiant au fond discrètement somnole
soirée bien arrosée il a trop fait la fête
La charmante qui vient d’entrer dans la B.U.
fait semblant d’ignorer les regards qui se braquent
Une régate dans la baie le vent est frais
le soleil brille mon bateau sera dernier
Pour aller à San Francisco je prends le BART
arrivé là-bas je monte dans un tramway
personne n’a reconnu monsieur Brando
j’ai aussi une moto mais pas de casquette
et mon copain motard a fait Polytechnique
Au bas de la ville on boit des irish coffees
accoudés au comptoir d’un bar cosmopolite
puis l’on se dérade vers une boite à jazz
des musiciens géniaux et qui jouent sans ampli
Chez un bouquiniste chenu j’ai ma pratique
j’achète seulement de la science fiction
mais je cultive aussi la science économique
puisqu’il faut n’est-ce pas parfois gagner sa vie

(1977-2017)

Envoyez Envoyez