Editeur: Ivan Farron

Ivan Farron est chargé de cours à l'Université de Saint-Gall, enseigne la littérature dans un gymnase vaudois, et vit à Zurich, Suisse. Il est également écrivain. Il a publié un roman "Un après-midi avec Wackernagel" aux Editions Zoé (1995), qui a obtenu le prix Michel-Dentan, et un essai intitulé "Pierre Michon, La grâce par les Oeuvres" (2004). En 2006, toujours chez le même éditeur, un nouveau roman "Les Déménagements inopportuns".
Deux dictionnaires des écrivains francophones classiques

Christiane Chaulet-Achour (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques – Afrique Subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Océan Indien, Paris, Honoré Champion, 2010, 472 p., 19 €. Corinne Blanchaud (dir.), Dictionnaire des écrivains francophones classiques – Belgique, Canada, Québec, Luxembourg, Suisse romande, Paris, Honoré Champion, 2013, 574 p., 22 €. Voici grâce à la maison Champion deux ouvrages qui s’avèreront très […] Lire plus »

« L’atelier » de l’archéologie humaine

Jean Genet pose pour Alberto Giacometti de 1954 à 1958, période où le dramaturge vit une passion avec Abdallah, période aussi où il récrira plusieurs fois Les Paravents (LP) (ou Les Mères, pour le premier manuscrit datant de 1958) tout en faisant des voyages avec ce déserteur en Hollande, en Suède, en Corse, en Turquie […] Lire plus »

Philippe Jaccottet : L’anti-Prométhée.

De la pauvreté, ou éléments de sagesse.    Autrefois, moi l’effrayé, l’ignorant, vivant à peine, me couvrant d’images les yeux, j’ai prétendu guider mourants et morts. (Leçons) C’est par ces paroles que s’ouvrent les poèmes de Leçons. Puis, dans L’ignorant : Plus je vieillis et plus je crois en ignorance, plus j’ai vécu, moins je possède […] Lire plus »

Jean-Michel Olivier, prix Interallié pour « L’amour nègre »

Adam et la mondialisation Adam se meut dans un univers de pacotille, de couleurs excessives, de néon, de toc et de frime où, visiblement, tout le monde se cherche une identité Distingué la semaine dernière par les jurés du prix Interallié, L’Amour nègre, de l’écrivain-journaliste suisse Jean-Michel Olivier, est une pochade tournant au tragique. En […] Lire plus »

Ces voisins inconnus, VIII

Sommaire À l’heure de pointe, j’étais dans le métro. Terriblement fatigué. Le trajet d’Altstetten à Zurich ne durant que quelques minutes, il ne fallait surtout pas piquer du nez si je ne voulais pas me réveiller, comme souvent, au terminus, quelque part dans l’Oberland zurichois. En outre, je devais garder la tête froide – j’étais […] Lire plus »

Ces voisins inconnus, VII

Sommaire Sidonia Soguel repose très seule sur la table d’autopsie. De son corps émane un silence très différent de celui des objets forcément silencieux qui l’entourent. Ses longs cheveux noirs sont sagement rangés sous les épaules, ses mains blanches reposent sur le dos offrant au plafond des paumes plus blanches encore, ses deux pieds forment […] Lire plus »

« Dits du Gisant » de Jacques Perrin

Jacques Perrin, Dits du Gisant. Les Éditions de l’Aire, Vevey, 2009. Au moment où l’on se presse en masse dans les salles de cinéma, lunettes spéciales sur le nez, pour assister aux menées d’un soldat paraplégique à qui est confiée la mission d’habiter une copie génétique d’extraterrestre propre à intriguer sur la planète Pandora, donnons […] Lire plus »

Ces voisins inconnus, VI

Sommaire Comme je suis quelqu’un de poli, les tourtereaux, je les laisse entre eux. Ils se sont éloignés dans le lac en s’ébrouant, en se giclant et en riant sous cape. J’en avais assez vu. À la Rote Fabrik, j’ai commandé un pousse-café sans café en devant subir le regard apitoyé de la jeune serveuse. […] Lire plus »

Ces voisins inconnus, V

Sommaire Je réalisai alors que, vêtu seulement de mes lunettes et de mes chaussettes, et eu égard à mon aspect général, je ne devais, vraisemblablement, en imposer à personne. En posant sur mon nez la monture d’écaille – « de teinte claire » avait prôné la vendeuse de mon opticien, « ça vous donnera meilleure mine » – je […] Lire plus »

Ces voisins inconnus, IV

Sommaire Mon érection allait immédiatement se calmer, et ce d’une façon aussi confuse qu’étonnante. En principe, je n’ai pas tendance à ce que nous identifions sous le terme de priapisme universitaire, un symptôme qui trône en bonne place dans la médecine du campus. Pourtant, je sais être le sujet d’érections intempestives aux fins douteuses. Là […] Lire plus »