Editeur: Samia Kassab-Charfi

Samia KASSAB-CHARFI est Docteur d’État en langue et littérature française. Elle enseigne les littératures française et francophone, la stylistique et la rhétorique à l’Université de Tunis. Elle est l’auteur d’études sur Baudelaire, Rimbaud, Saint-John Perse, É. Glissant, P. Chamoiseau, A. Khatibi et Colette Fellous. Ouvrages publiés: La Métaphore dans la poésie de Baudelaire (Tunis, Alif, les Éditions de la Méditerranée, 1997) Rhétorique de Saint-John Perse (Tunis, 2008). « Et l’une et l’autre face des choses ». La Déconstruction poétique de l’Histoire dans Les Indes et Le sel noir d’Édouard Glissant (Paris - Honoré Champion, coll. « Honoré Champion Essais », 2011) Patrick Chamoiseau (Paris – Institut français/Gallimard, coll. « Auteurs », 2012) Elle a coordonné les recueils suivants : Saint-John Perse, Atlantique et Méditerranée (L’Harmattan, 2007 ; avec Loïc Céry) Autour d'Édouard Glissant: lectures, épreuves, extensions d'une poétique de la Relation (Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Sémaphores », 2008 ; avec Sonia Zlitni-Fitouri et Loïc Céry) Altérité et mutations dans la langue. Pour une stylistique des littératures francophones (Academia-Bruylant, 2010). Tracées de Patrick Chamoiseau (2012) À paraître : Mémoires et imaginaires du Maghreb et de la Caraïbe (Paris - Honoré Champion, 2013 ; avec Mohamed Bahi) Elle est membre du Conseil scientifique de l’Observatoire européen du plurilinguisme et de l’Association Européenne des Études francophones (Bruxelles) ; membre correspondante pour le Maghreb de l’Académie des Sciences d’Outre-mer (depuis juin 2012), membre depuis 2009 du Jury du Prix Carbet de la Caraïbe ; directrice du programme de recherches international « Pour un axe de recherches Maghreb/Caraïbe ». Elle est l’un des membres fondateurs du collectif Littératures au Sud (AUF-2009) et dirige la collection SEFAR aux Éditions Academia L’Harmattan (Belgique).
TOPOGRAPHY AND GENERAL HISTORY OF ALGIERS, OPERA PRIMA DE MIGUEL DE CERVANTES.

I am neither an historian nor an academic, but a writer. As such, I dedicate myself to research and serious investigation of the small details of life, my main source of inspiration. It was these way, including amazing circumstances, I was put in contact with the work we are about to cover, Topography and General […] Lire plus »

TOPOGRAPHIE ET HISTOIRE GENERALE D’ALGER, OPERA PRIMA DE MIGUEL DE CERVANTES

  Je ne suis ni historienne ni universitaire, mais écrivaine. En tant que telle, je me dédie à la recherche et l’investigation sérieuse des petits détails de la vie, ma principale source d’inspiration. Ce sont ceux-ci, lors d’invraisemblables circonstances, qui m’ont mise en contact avec l’ouvrage dont nous allons traiter, Topographie et Histoire Générale d’Alger, […] Lire plus »

Frantz Fanon, l’héritage de la « Négro-renaissance »

Introduction Dans cette analyse, nous nous intéresserons à l’œuvre de Frantz FANON, à travers ses convictions, ses écrits et ses positions. La pensée de Frantz Fanon et son œuvre humaine au profit des déshérités, longtemps ignorées, mériteraient que l’on s’y attarde un peu plus, d’autant que le monde connaît actuellement de profonds changements qui remettent […] Lire plus »

Les villages d’écritures chez Mouloud Feraoun

L’espace-village est un espace graphique cloitré et ne s’ouvre qu’à des lectures pluridisciplinaires. Interroger les géographies, les mondes matériels et immatériels vise à la compréhension des complexifications des itinéraires de ceux et celles qui ont produits ce que nous nommerons, le village-littéraire. Sans vouloir verser dans une description d’ordre généraliste, nous pensons que presque la […] Lire plus »

Jugurtha au regard d’Henri Cachin-Kréa dans Le Séisme

Roselyne Baffet écrivait au sujet de la pièce théâtrale du poète et journaliste Algérien, Henri Cachin-Kréa, intitulé Le Séisme (), ce qui suit : « Le Séisme de Kréa, apparait comme étant une arme de lutte. Elle est une référence à ce qu’on pourrait appeler un théatre « révolutionnaire ». Réduite à sa plus simple expression théâtrale, cette pièce […] Lire plus »

Jean Mouhoub Amrouche, un Jugurtha qui renait de ses cendres

Jean El-Mouhoub (Muhuv, en Kabyle) Amrouche (JMA) est né le 13 février 1906 à Ighil-Ali, wilaya de Bejaia et décédé à paris, le 16 avril 1962. Le jour et le mois où disparaissait, en 1940, l’imam de l’Association des Oulémas Musulmans (Réformiste), Abdelhamid Ben-Badis. Une journée et un mois qui marquèrent, certainement, l’extinction des lumières […] Lire plus »

LES ARBRES NE NOUS OUBLIENT PAS de Michèle Perret: nouvelle publication aux Éditions Chèvre-feuille étoilée.

Note de lecture de Djilali Bencheikh Un retour à la terre natale algérienne. Comment affronter son passé sans le subir ni le sublimer ? Comment apprivoiser les êtres nouveaux qui habitent vos lieux familiers sans haine ni complaisance et sans esprit de possession ? Comment s’interroger sur l’avenir à partir de ce passé révolu et […] Lire plus »

D’une littérature mal nommée

Depuis les années 1980, lorsqu’elle émerge associée à la Marche des Beurs, de son vrai nom Marche pour l’égalité et contre le racisme,la littérature produite par les écrivains français nés de parents immigrés du Maghreb fait l’objet d’une revendication de reconnaissance et de légitimation culturelle qui prolonge la revendication politique d’intégration à la société française […] Lire plus »

« 2084 » de Boualem Sansal : le 21ème siècle sera religieux

Ce nouveau roman de Boualem Sansal, auteur d’une dizaine d’ouvrages publiés chez Gallimard, se situe dans un avenir postérieur au Choc des civilisations prédit par Samuel Huntigton (1996). Ce dernier auteur, on le sait, a été violemment attaqué au nom d’une conception politiquement correcte des rapports entre les nations qui refuse de juger pertinentes les […] Lire plus »

Le déclin du monde musulman : une revue des explications

Le déclin du monde musulman : une revue des explications Pendant la conversation, le général Bonaparte dit aux cheikhs que les Arabes avaient cultivé les arts et les sciences du temps des califes, mais qu’ils étaient aujourd’hui dans une ignorance profonde et qu’il ne leur restait rien des connaissances de leurs ancêtres : le cheikh Sadat répondit […] Lire plus »