Editeur: Jean Jonassaint

Jean Jonassaint enseigne actuellement les littératures francophones à Syracuse University. Membre fondateur du « Collectif des chercheurs sur les littératures au Sud » de l’Agence Universitaire de la Francophonie, en plus de nombreux travaux sur les littératures francophones et latino-américaines, il a publié cinq livres : La Déchirure du (corps) texte et autres brèches (1984), Le Pouvoir des mots, les maux du pouvoir. Des romanciers haïtiens de l’exil (1986), Des romans de tradition haïtienne. Sur un récit tragique (2002), De Jonassaint, avec amour (2004), Typo/Topo/ Poéthique: sur Frankétienne (2008). Sa recherche actuelle porte principalement sur une épistémologie pratique des études francophones, et les littératures des Caraïbes. Il planche également sur un ambitieux projet de promotion des « lettres haïtiennes » dont les grands axes sont définis dans son article, « Pour un projet de sauvegarde et d’édition critique d’œuvres haïtiennes » (Littératures au Sud sous la direction de Marc Chémol, 2009). Photo : Jean Jonassaint (Nouvelle Orléans, décembre 2001), Thomas Spear, tous droits réservés.
Aimé Césaire, le Bossuet des Antilles – de l’art oratoire à l’Assemblée nationale

Conférence Académie des Sciences et Lettres de Montpellier (12 avril 2010) René Hénane Aimé Césaire, le Bossuet des Antilles – de l’art oratoire à l’Assemblée nationale (extraits de discours repris du Journal officiel)[1]   … les esprits amoureux de la rhétorique profonde (Charles Baudelaire)   La séance s’ouvre avec la voix du député Aimé Césaire, […] Lire plus »

Urbanîle, une esthétique du fragmentaire

Urbanîle, une esthétique du fragmentaire par Gérald Désert  Considérations générales   Poème réaliste de Jean-Marc Rosier, Urbanîle s’inscrit dans la continuité tropistique de ses œuvres romanesques, à savoir Noirs Néons(éditions Alphée-Jean-Paul Bertrand, Monaco, 2008) et Les Ténèbres intérieures (Éditions Apogée, Rennes, 2014). De nombreux échos toponymiques de ces romans se prolongent dans l’évocation poétique de […]

En noir et blanc et en couleurs : Jean-Luc de Laguarigue et Michel Rovélas s’exposent à la Fondation Clément

Les expositions qui se succèdent à la Fondation Clément permettent au public martiniquais et aux nombreux touristes venus visiter l’Habitation du même nom de découvrir les œuvres d’artistes le plus souvent connus et reconnus, ce qui est un gage de qualité. Si tous les Martiniquais connaissent les photographies en noir et blanc de Jean-Luc de […] Lire plus »

Pour Derek Walcott : NULLE MORT NE PEUT

NULLE MORT NE PEUT Pour Derek Walcott Il y a tant de chênes à Atlanta qui gémissent encore Des champs qui pleurent Qui chantent aussi  Et qui impriment aux capsules du coton des torsions incroyables !   C’est ce mélange C’est cette torsion Ce plus insoutenable qui habille l’envol des belles et seules images !   Que la […] Lire plus »

Fabienne Kanor, la pacotilleuse

Fabienne Kanor relate des histoires troublantes et ordinaires d’hommes et de femmes (surtout de femmes) déplacés, en quête de routes pour saisir le monde. Son écriture féroce qui bouscule, hante et dérange le lecteur est liée par tous les fluides qui exsudent du corps : sang, urine, salive, car le corps est langage nous dit-elle. Corps […] Lire plus »

Un collector de Césaire – Les fac-similés de « Tombeau du Soleil »

« La gerbe lucide des déraisons » Les amoureux de la poésie de Césaire n’ouvriront pas sans émotion l’enveloppe de papier jaune couverte de timbres représentant tantôt la préfecture de la Martinique (alors palais du haut-commissaire), tantôt deux femmes en buste portant la coiffe nouée (« tête attachée » ou « tête serrée »). S’il ne s’agit que d’une reproduction de […] Lire plus »

Deux nouveaux opus de Faubert Bolivar, poète et dramaturge

« Le vieux nom que je porte est un charme d’oiseau à charge », Une pierre est tombée…, p. 16. Faubert Bolivar, né en 1979 à Port-au-Prince, enseigne la philosophie à Fort-de-France. Son œuvre, irriguée par les racines caribéennes qu’il n’a jamais coupées, se caractérise tant par un lyrisme souvent cru que par le regard acéré sur […] Lire plus »

ALEXANDRE LEUPIN relire Édouard Glissant

artpress no 437, octobre 2016 Pour Alexandre Leupin, professeur d’études françaises aux États-Unis, l’oeuvre inclassable d’Édouard Glissant opère un dépassement de la philosophie. Une photographie représente Édouard Glissant, assis sur une branchemorte, chapeau et canne à lamain, devant les statues de Laurent Valère, au Mémorial Cap 110. C’est au Diamant, en Martinique. Les bustes, orientés en direction du Golfe de Guinée, lieu du départ […]

La matière de l’absence: LE GRANDIOSE DE L’INTIME

  La matière de l’absence LE GRANDIOSE DE L’INTIME A l’occasion de la parution de dernier livre de Patrick Chamoiseau, « La matière de l’absence », l’Association Tout-monde a organisé une soirée poétique. Gérard Delver, président de l’association, s’est entretenu avec l’écrivain. Quelques extraits…  Gérard DELVER : Ton dernier ouvrage « La matière de l’absence » me semble ouvrir une nouvelle […] Lire plus »