Une analyse psychologique et philosophique de l’identité dans la poésie seychelloise contemporaine

mercredi 17 mai 2017 par Magie Faure-Vidot

  Une analyse psychologique et philosophique de l’identité dans la poésie seychelloise contemporaine Károly Sándor Pallai : Subjectivités seychelloises     Les publications de l’auteur sur la littérature seychelloise contemporaine Károly Sándor Pallai est un océaniste, historien de la littérature, poète, traducteur et éditeur hongrois. En 2015, il a soutenu une thèse de doctorat de plus […] Lire plus »

La poésie seychelloise à l’honneur

dimanche 19 février 2017 par Jean-François Samlong

Károly Sándor Pallai, Subjectivités seychelloises : Identité et insularité dans la poésie seychelloise contemporaine Presses de l’Université de Pécs, Pécs, 2017, 113 p., ISBN 978-963-429-114-5 paru dans la série Acta Romanica Quinqueecclesiensis du Département d’Études Françaises, sous la direction d’Adrián Bene Recension par Jean-François Samlong   Jean-François Samlong est un écrivain et poète français né en […] Lire plus »

Book Review Édouard Glissant, philosophe: Héraclite et Hegel dans le Tout-Monde

Alexandre Leupin. Édouard Glissant, philosophe: Héraclite et Hegel dans le Tout-Monde. Paris: Hermann, 2016. Pp. 382. 27 €.

 

Édouard Glissant has often been called a novelist, an essayist, a theorist, and—his preference— a poet, but he has less frequently been called a philosopher. Despite the ontological and epistemological thrust of his notions of creolization, Relation, and the Tout-Monde, Glissant always balked at the self-enclosed systems associated with philosophy. Yet his work, in its terminological consistency and conceptual rigor, undeniably develops a kind of system—a system non systématique, to quote a short letter that Glissant wrote to his friend and colleague Alexandre Leupin. This paradox lies at the heart of Leupin’s rich and original new study, Édouard Glissant, philosophe, which argues that Glissant is a philosopher precisely in his challenge to Plato’s banishment of poetry from the realm of rational philosophical inquiry. Against the Platonic quest for fixed forms of Truth and Being, Glissant allows the unpredictable play of poetic language to generate an ontic system of ongoing creation and perpetual becoming. He thereby inscribes himself into a lineage running from Heraclitus through Hegel, following a particular line of Western thought in order ultimately to dispel the idea that philosophy belongs exclusively to the West.

According to Leupin, Hegel is Glissant’s primary philosophical interlocutor throughout his career. On the surface, this is a surprising claim given that Hegel’s name shows up sparingly in Glissant’s work (compared with, say, Deleuze) and that, when Glissant does mention Hegel, particularly in Le discours antillais (1981), it is to criticize his Eurocentrism, universalist History, and racism. Yet, as Leupin demonstrates in detail, Hegel was a key figure in Glissant’s education, and Hegelian processes underlie much of his thinking: the negation of African cultures in the slave trade forces the synthesis of new Caribbean cultures, in Relation; reflections on particularities always open onto a broader thinking of totality; and for both thinkers, human knowledge originates in a poème primordial, although for Glissant this poem is not a simple origin but an ongoing, endless textual “weave.” Early authors of this poème primordial, Leupin explains, included the pre-Socratics, especially Heraclitus, whose maxims on totality and becoming Glissant would adopt and reconfigure. Glissant’s egalitarian vision of the Tout-Monde—where forms, ideas, bodies, and landscapes interact in the same immanent space—largely results from his conversation with these ante- and anti-Platonic philosophers.

Glissant is not the only twentieth-century thinker to question the Platonic tradition, however, and we know that Glissant was in direct conversation with at least two others: Deleuze and Derrida. Leupin mentions them both several times but never analyzes their relationship to Glissant in detail. While Édouard Glissant, philosophe is refreshing in its claim that Glissant is a philosopher irreducible to academic labels rather than a postcolonial ‘theorist’ reliant on post-structuralism, the reader is left with questions about how Glissant conversed with his contemporaries. Given Leupin’s close personal relationship with Glissant, he would seem particularly well positioned to address these questions. Still, this book is an indispensable reference for how Glissant engages deeply with Western philosophy and constructs a stunningly original philosophical system (albeit non systématique) of his own.

NEAL ALLAR

Tsinghua University

© L’Esprit Créateur, Vol. 56, No. 4 (2016), pp. 160–161

Comment lutter efficacement contre l’idéologie islamique?

dimanche 11 décembre 2016 par Cristina Álvares

Chahdortt Djavann (2016) Comment lutter efficacement contre l’idéologie islamique ? . Paris : Grasset, 2016 L’Iran et la mondialisation de l’idéologie islamique Dans son dernier livre, Chahdortt Djavann propose des mesures pour stopper l’expansion de l’idéologie qui sous-tend le terrorisme et menace les acquis civilisationnels majeurs du monde libre. Il est grand temps que la République fasse […] Lire plus »

Histoire économique de l’Afrique tropicale

dimanche 30 octobre 2016 par Jean-Yves Caro

Jacques Brasseul, Histoire économique de l’Afrique tropicale Paris : Armand Colin, collection U, 2016, 366 p. Jacques Brasseul, professeur émérite des universités, est un historien des faits économiques dont les nombreuses publications chez Armand Colin, en quelque cinq lustres, ont contribué à la formation de générations d’étudiants. Pour n’en citer qu’une, sa Petite histoire des faits […] Lire plus »

CHAMOISEAU, L’ŒUVRE AU MONDE

mardi 27 septembre 2016 par Loïc Céry

Compte rendu critique de : Patrick Chamoiseau, La matière de l’absence (Seuil, 2016) _______________ Par Loïc Céry (ÉdouardGlissant.fr) La légende dit que Jean Paulhan, le « pape de l’édition française » des années vingt aux années soixante, avait coutume en recevant ses invités à son hôtel particulier non loin des Arènes de Lutèce, d’expliquer à qui voulait l’entendre, […] Lire plus »

Jacques Henric : Boxe

lundi 26 septembre 2016 par Jacques Henric

Jacques Henric : Boxe, Seuil, coll. Fiction & Cie, 228 p., 18 euros. D’où ça part l’existence, d’où ça part l’écriture ? ça part d’un combat, vieux comme le monde, d’une dissonance, d’une sensation de vide, d’une interruption, d’un fondement ou d’une substance qui se perd, d’un blanc, d’un court-circuit de la conscience, d’un handicap et d’un défi, […] Lire plus »

« No Land’s Song » : les joies de la guidance islamique

mercredi 22 juin 2016 par Selim Lander

Si d’aucuns continuent à penser que l’islam est une religion comme les autres, on ne peut que leur conseiller, pour s’ouvrir les yeux, d’aller au cinéma. Ils verront – nouveaux saint Thomas – que l’islam est une religion … comme celle des chrétiens du Moyen Âge qui dressaient des bûchers ou ceux de la Renaissance […] Lire plus »

Alexandre Leupin, Proust en bref, éditions Furor 2015

mardi 9 février 2016 par Jean Kaempfer

  Il y eut Flaubert et son idéal d’un roman impersonnel; puis vient Proust, où le sujet, l’expression personnelle, font retour.  Mais voyons bien le caractère élégiaque, crépusculaire, de cette « égophanie ». Comme le montre avec vigueur Alexandre Leupin dans les pages liminaires de son Proust en bref, celle-ci marque le terme d’une longue aventure, qui […] Lire plus »

Le Proust d’Alexandre Leupin

lundi 2 novembre 2015 par Michel Herland

Une gageure ? Le projet de réduire à quelques aphorismes l’œuvre de Proust, ce fleuve majestueux, immense et sinueux qui prend dans son courant puissant le lecteur le moins préparé à s’intéresser au Monde du Faubourg Saint-Germain de la Belle Époque comme au monde interlope des « invertis » et des maisons de plaisir, par la grâce d’un […] Lire plus »