Stéphane Hoarau est docteur ès Lettres (Université Louis Lumière – Lyon 2) et artiste peintre. Sa thèse porte sur un corpus d'auteurs francophones originaires du Maghreb et de l'océan Indien (des îles de La Réunion et de Maurice).

Témoignages initiative Haïti

 Interview de Josette Bruffaerts, Présidente de l’association Haïti Futur

     

Groupe ALPHA : Vous êtes Haïtienne et vous avez, vous-même, au cours de votre cursus, bénéficié d’une bourse pour venir étudier en France. Comment le projet de bourse est-il né ?

Josette Bruffaerts : Très rapidement après le séisme, Pierre Ferracci, Président du Groupe ALPHA, m’a fait savoir qu’il voulait apporter une aide à Haïti. Nous avons réfléchi ensemble, en lien avec l’Université de Marne-la-Vallée, où Valencia Mongérard, dont le nom a été donné à la bourse, avait effectué son Master II en sciences économiques. Elle était membre de l’Association Haïti Futur des jeunes et elle avait effectué son stage de six mois de fin d’études au Groupe ALPHA. Elle venait de rentrer en Haïti pour faire sa thèse : « La conséquence de la migration des travailleurs qualifiés haïtiens sur le développement d’Haïti ». Elle était inscrite à l’Institut francophone de gestion de la Caraïbe, l’Institut Aimé Césaire, créé il y a à peine un an et entièrement détruit lors du séisme. Elle voulait devenir enseignante et rester en Haïti. De là, l’idée d’une bourse Valencia Mongérard, portée par ces trois partenaires et entièrement financée par le Groupe ALPHA.

Groupe ALPHA : Comment avez-vous fait pour tout finaliser aussi rapidement ?

Josette Bruffaerts : Cette bourse Valencia Mongérard est très symbolique, au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. L’annonce de sa création a eu un impact très fort en Haïti car cela constitue un encouragement, pour toute la jeunesse haïtienne, à continuer à avancer. Cela concrétise la foi que nous avons dans notre capacité à rebondir. C’est une incitation à l’excellence car nous entourons la sélection des candidats d’un ensemble de critères qui illustre le parcours, l’engagement et les qualités de Valencia :

  • les résultats académiques lors des études ;
  • la situation familiale du jeune boursier ;
  • l’implication dans la vie sociale ;
  • les qualités humaines, telles que la droiture, le relationnel, l’esprit d’équipe… ;
  • la priorité d’un contrat de retour au pays pour au moins cinq années ;
  • l’engagement citoyen.

Il faut mériter la bourse, en l’honneur de Valencia qui a su s’investir pour son pays. Haïti vit une période cruciale durant laquelle on a besoin de symboles. L’attribution d’une bourse, telle que celle du Groupe Alpha, traduit cette nécessité. Au-delà de l’argent, on honore la jeunesse.

J’ajouterai qu’il y a un autre symbole dans cette bourse Valencia : elle a été créée en l’honneur d’une personne décédée et donc, dans le respect total de la culture haïtienne du culte des morts. C’est un signe très fort en Haïti.

Groupe ALPHA : Cette bourse, dotée chaque année de 15 000 €, soit 30 000 € annuels pour deux étudiants sur trois ans, est attribuée en priorité à des étudiants en sciences économiques. Pourquoi ?

Josette Bruffaerts : Effectivement, on peut penser que c’est restrictif. Loin s’en faut. Haïti connaît une forte pénurie en experts économiques. Choisir des étudiants dans cette spécialité est révélateur de notre volonté d’encourager l’arrivée d’une nouvelle génération, à même d’accompagner la reconstruction du pays. Là aussi, c’est un symbole fort et nous espérons tous que l’initiative du Groupe ALPHA donnera des idées à d’autres, notamment aux industriels haïtiens.

Groupe ALPHA : Comment s’est déroulée la phase de sélection pour cette première année ?

Josette Bruffaerts : C’était très intense et émouvant. Nous avons sollicité les organes de presse, tous modes de diffusion confondus. Nous avons ressenti sur place combien les gens étaient sensibles à la démarche. D’où, sans doute, le fort retentissement de la campagne que nous avons menée cet été pour identifier la première boursière. Nous avons eu la chance de bénéficier du soutien de Kesner Pharel, économiste haïtien et animateur de l’émission de radio, « Investir », qui a non seulement consacré une plage horaire à l’annonce de la création de la bourse mais qui a également mis à notre disposition des outils de diffusion et d’information.

Nous avions d’emblée décidé d’attribuer l’une des deux Bourses à Sarah, la sœur de Valencia. Sarah est, depuis septembre, inscrite en master 1 en histoire contemporaine à l’Université de Poitiers. L’autre boursière a été retenue au regard des critères de sélection. Régine Lafontant vient d’arriver en France et elle va suivre un master 1 en expertise économique à l’Université de Marne-la-Vallée.

Groupe ALPHA : Depuis plus de 15 ans, l’association Haïti Futur, que vous avez créée en 1994 et que vous présidez depuis 2001, promeut l’éducation en Haïti pour qu’un enseignement de qualité soit accessible à tous. Après le drame, quelles sont les urgences à traiter ?

Josette Bruffaerts : L’éducation, c’est l’avenir d’un pays. Notre action repose sur l’idée qu’un enfant, quelle que soit son origine sociale, doit avoir accès à un enseignement de qualité. Il doit être libéré de toute contrainte financière et profiter pleinement de l’apprentissage qui lui est dispensé.

Après le tremblement de terre, les besoins sont bien évidemment plus pressants et les enjeux plus cruciaux car les jeunes générations ont été très durement frappées : à 17h00, l’heure du séisme, les écoles et les universités étaient remplies, notamment par de jeunes adultes suivant des cours du soir après leur journée de travail.

Haïti a perdu ses têtes pensantes, ceux qui allaient, d’ici peu, contribuer à moderniser le pays. Notre tâche est donc immense mais nous y croyons et une aide, comme celle du Groupe Alpha, participe de cette envie d’aller de l’avant. Début octobre, l’école a repris. Il y a une vraie appétence, en Haïti, pour apprendre. La population a soif de connaissance. Cela se retrouve dans toutes les couches de la société à tel point que l’on dit que le rêve haïtien, c’est d’envoyer son enfant à l’école, avant même d’avoir un logement. Notre mission s’inscrit dans cette dimension car, au-delà du devoir de l’enseignement, il y a un vrai devoir de transmettre des connaissances.

Groupe ALPHA : Quels sont les projets que l’association Haïti Futur mène sur place ?

Josette Bruffaerts : Actuellement, nous soutenons 13 projets de micro-financement. Cela concerne aussi bien le paiement des salaires des enseignants que la création de fonds documentaires, le fonctionnement courant d’écoles ou l’attribution de bourses à des étudiants méritants et la création de classes numériques. Nous travaillons avec le ministère haïtien de l’Education nationale. Récemment, nous avons obtenu un financement de la Fondation de France qui s’est engagée, à nos côtés, dans un projet d’ « enseignement numérique pour tous ». Nous misons sur le contenu et la pédagogie. Nous venons ainsi de financer un vaste projet de formation des enseignants qui a bénéficié à 360 personnes. C’est d’autant plus essentiel aujourd’hui que les Haïtiens ont besoin d’être soutenus et de travailler ensemble à la reconstruction du pays. Le traumatisme est toujours très présent. On reconstruit mais insuffisamment pour soutenir le moral des habitants. Il y a peu d’accompagnement réel des populations. Or, c’est de cela dont elles ont besoin. Notre action vise ainsi à les faire travailler sur l’avenir de leurs enfants, à leur donner de l’espoir.

Groupe ALPHA : Comment financez-vous vos projets ?

Josette Bruffaerts : Haïti Futur est une association Loi de 1901. Nous dénombrons aujourd’hui quelque 150 membres actifs, de profils différents, qui sont animés de la même volonté d’œuvrer pour Haïti. Nos ressources proviennent principalement de la valorisation des œuvres haïtiennes. Nous achetons des produits artisanaux ou culturels à des artistes haïtiens, nous organisons des expositions-ventes en France et, grâce aux recettes, nous finançons nos projets. La plus importante exposition a lieu chaque premier week-end de décembre. Celle de cette année aura, naturellement, une dimension symbolique particulièrement forte car nous serons à la veille du 1er anniversaire du séisme du 12 janvier dernier.

Interview de Sarah Mongérard, étudiante en master 1 en histoire contemporaine

   

Groupe ALPHA : Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que le Groupe ALPHA créait la Bourse Valencia Mongérard ?

Sarah Mongérard : Ma première impression a été de me dire qu’aider deux étudiants haïtiens, c’est aider Haïti. C’est un signe fort d’espoir en notre avenir. Valencia a toujours dit qu’elle souhaitait retourner vivre en Haïti, apporter son aide et contribuer à son développement. Ma deuxième impression ? Je me suis dit qu’elle était toujours avec nous. Je suis très heureuse et émue. Je remercie sincèrement le Groupe ALPHA pour cette très belle initiative.

Groupe ALPHA : Quel cursus universitaire avez-vous choisi ?

Sarah Mongérard : J’ai passé une Licence en histoire à l’Ecole normale supérieure en Haïti. A l’Université de Poitiers, je vais suivre, cette année, un master 1 en histoire contemporaine. Je souhaite aller jusqu’au Doctorat et devenir Professeur d’université. Ensuite, je veux rentrer enseigner en Haïti.

Groupe ALPHA : Vous venez d’arriver en France pour poursuivre vos études. Quelles premières impressions ?

Sarah Mongérard : C’est la première fois que je viens en France. Tout se passe au mieux car l’accueil, à l’Université de Poitiers, a été très chaleureux. Nous sommes 16 étudiants haïtiens et un groupe de professeurs nous encadre et nous accompagne dans nos premières démarches. C’est très sécurisant. Autrement, j’avoue que tout est différent ici : le climat, la nourriture, l’organisation du travail, le choix des cursus et des professeurs, etc. Je vais avoir un petit temps d’adaptation mais je suis très fière d’être ici.

                      

 Interview de Régine Lafontant, étudiante en master 1 en expertise économique

Groupe ALPHA : Comment s’est déroulé le processus de la sélection jusqu’à l’obtention de la bourse ?

Régine Lafontant : Je venais d’achever ma Licence en sciences économiques en Haïti. La campagne d’information que l’association Haïti Futur a lancée pour annoncer la création de la bourse Valencia Mongérard, a été très bien relayée par les radios et les télévisions. J’avais envie de poursuivre mes études en sciences économiques et j’avais, grâce à la bourse Valencia, si j’étais sélectionnée, l’opportunité d’aller dans une Université française. J’ai postulé et j’ai passé les différentes étapes de sélection. J’ai rencontré Josette Bruffaerts. Et j’ai été retenue en master 1 en expertise économique à l’Université de Marne-la-Vallée.

Groupe ALPHA : Comment vous organisez-vous depuis votre arrivée en France ?

Régine Lafontant : Je suis arrivée le 19 septembre. Je viens de m’installer à la résidence universitaire et j’apprends, grâce au soutien de l’association Haïti Futur, à me familiariser avec mon nouvel environnement. C’est la première fois que je viens en France et c’est une expérience totalement nouvelle. Cela peut être déroutant mais l’essentiel, à mes yeux, c’est que j’ai la chance d’étudier ici, à l’Université de Marne-la-Vallée, de poursuivre mes études et, parallèlement, de m’investir, aux côtés de Haïti Futur, pour aider mes compatriotes. Nous avons tous énormément souffert cette année. Beaucoup de nos proches sont décédés. La bourse, c’est une porte ouverte sur l’avenir

           

Envoyez Envoyez


One Response to “Témoignages initiative Haïti”

  1. Robert BERROUËT-ORIOL dit :

    Bonjour de Montréal.

    Je suis particulièrement ravi de vous adresser, en pièce jointe, le PDF de mon « droit de réponse », « LE ‘SYSTÈME’ LINGUISTIQUE D’YVES DEJEAN CONDUIT À UNE IMPASSE » publié le 11 août 2011 par le journal Le Nouvelliste de Port-au-Prince : http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=95892&PubDate=2011-08-10 .

    L’article est également paru le 12 août 2011, à Port-au-Prince, sur le site de l’agence en ligne Alter Presse : http://www.alterpresse.org/spip.php?article11392

    Il a préalablement été publié sur les sites suivants :

    (1) Haïti Nation (http://haiti-nation.com/index.php?option=com_content&view=article&id=907:amenagement-du-creole-et-du-francais-en-haiti-&catid=51:le-creole-haitien&Itemid=75),

    (2) Potomitan (http://www.potomitan.info/ayiti/berrouet-oriol/dejean.php),

    (3) Montray Kreyòl (http://www.montraykreyol.org/spip.php?article4808) .

    Vu l’importance du débat actuel sur la « question linguistique haïtienne », j’adresse un vif merci à ceux qui auront l’amabilité de diffuser cet article dans leurs réseaux habituels.

    Bien cordialement,

    Robert Berrouët-Oriol
    Linguiste-terminologue
    Coauteur et coordonnateur du livre « L’aménagement linguistique en Haïti : enjeux, défis et propositions » (Éditions du Cidihca, Montréal, février 2011; Éditions de l’Université d’État d’Haïti, Port-au-Prince, juin 2011)